Zara Bending, spécialiste du commerce illégal d’espèces sauvages au sein du JGI Global, réfléchit à la dynamique croissante en faveur d’un accord mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages.

par | Juin 18, 2021 | Suivons Jane

2021 est l’année de la biodiversité. A cette occasion, Zara Bending, spécialiste du commerce illégal d'espèces sauvages au sein du JGI Global, réfléchit à la dynamique croissante en faveur d'un accord mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages.

Au JGI Global, nous abordons des problèmes de conservation complexes avec un engagement ferme en faveur d’un plaidoyer fondé sur des preuves et la nécessité d’inspirer par la collaboration et l’optimisme.

Dans le cadre de notre campagne mondiale ForeverWild visant à mettre fin au trafic d’espèces sauvages, nous avons cherché à mettre en avant la criminalité liée aux espèces sauvages à tous les niveaux, des salles de classe aux salles de conseil d’administration, en passant par les conférences internationales et les recherches de première mondiale, en mobilisant les médias grand public et les utilisateurs des médias sociaux.

Le trafic d’espèces sauvages doit être traité comme un crime grave, où qu’il se produise. Non seulement il défie l’État de droit, mais il porte atteinte à la santé des personnes et des écosystèmes, à la sécurité nationale, à la prospérité économique et aux moyens de subsistance. Il inflige également une cruauté indescriptible à des millions d’animaux chaque année.

Cependant, la vérité est que notre système actuel de droit international n’est pas équipé pour répondre à la substance ou à l’ampleur du problème.

Dans une évaluation faîte en 2020, s’appuyant sur les données de près de 180 000 saisies effectuées dans 149 pays et territoires, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a constaté que près de 6 000 espèces ont été saisies entre 1999 et 2018 ; aucune espèce ne représentait plus de 5 % des saisies ; aucun pays n’a été identifié comme étant la source de plus de 9 % du nombre total d’expéditions saisies ; et les trafiquants présumés ont été identifiés avec certitude comme appartenant à quelque 150 nationalités.

La Banque mondiale évalue les conséquences de l’exploitation illégale des forêts, de la pêche et du commerce des espèces sauvages à 1 à 2 billions de dollars par an, y compris la perte de capital financier, naturel, social et politique.

De telles preuves réaffirment la position du JGI Global, à savoir que le trafic d’espèces sauvages est un problème mondial qui exige une réponse mondiale. C’est pourquoi, en septembre de l’année dernière, nous sommes devenus Champion international de l’Initiative mondiale pour mettre fin à la criminalité liée aux espèces sauvages (EWC pour End Wildlife Crime), qui avait été lancée lors de la dernière Journée mondiale de l’environnement. Avec nos collègues de l’EWC, nous soutenons la création d’un quatrième protocole à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (CNUCTO) pour lutter contre le trafic illicite d’espèces sauvages – le premier accord mondial de ce type.

Le protocole proposé placerait le trafic d’espèces sauvages dans le champ d’application du droit pénal international et fournirait un cadre pour les obligations des États. Il s’agirait notamment d’adopter une législation érigeant en infraction le trafic illicite intentionnel de spécimens de la faune et de la flore sauvages (en tout ou partie, vivants ou décédés), d’accroître la coordination et l’échange de renseignements concernant les groupes organisés connus et les techniques de dissimulation, de partager des échantillons médico-légaux, de renforcer les contrôles aux frontières et les contrôles d’authenticité, ainsi que de mettre en œuvre des stratégies de réduction de la demande.

S’il est adopté, ce protocole sera le quatrième de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, les autres portant sur la traite des êtres humains, le trafic de migrants et la fabrication et le trafic illicites d’armes à feu.

Dans un épisode des HopeCasts du Dr Jane Goodall, le président de RDC, John Scanlon (Président de l’Initiative mondiale pour mettre fin à la criminalité liée aux espèces sauvages), a parlé avec Jane de la nécessité du plaidoyer, de créer une dynamique et de ne pas abandonner le combat, même face à ce qui semble être des obstacles insurmontables.

Depuis la diffusion de l’épisode en avril, nous avons beaucoup plus de raisons d’espérer. Quelques jours après, l’Union européenne a fait part de son soutien à la création de ce quatrième protocole à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée dans sa stratégie 2021-2025 de lutte contre la criminalité organisée.

En mai, le président Carlos Alvarado Quesada du Costa Rica et le président Ali Bongo Ondimba du Gabon ont publié une déclaration commune en faveur de ce nouvel accord. Le Gabon et le Costa Rica sont tous deux considérés comme des leaders mondiaux en matière de conservation de la nature et ce geste de solidarité mutuelle, malgré les quelque 10 000 km qui séparent les deux pays, nous assure que le vent pourrait tourner en faveur d’une réforme internationale.

Découvrez l’initiative EWC et pourquoi nous avons besoin de ce protocole sur le trafic illicite d’espèces sauvages ici – disponible en anglais, italien, français, espagnol, chinois (traditionnel et simplifié) et vietnamien – et partagez ce que vous apprenez avec d’autres. Cette infographie est un excellent point de départ !

 

Source : https://www.thejanegoodallinstitute.com

Vous aimerez lire aussi

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Au Burundi, protégeons les chimpanzés et le parc national de Kibira

Le Parc national de Kibira, situé au Burundi, est une zone riche en biodiversité animale et végétale, qui abrite entre 250 et 300 chimpanzés. Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons avec les communautés locales pour préserver cette zone importante et sacrée.

Des nouvelles de Perrine à Tchimpounga en République du congo

Perrine, petite chimpanzé orpheline à cause du braconnage, a été retrouvée entre la vie et la mort, au prix d’une longue enquête en République du Congo. Elle a été recueillie et soignée à Tchimpounga par le Jane Goodall Institute et a retrouvé la santé.

Connaissez-vous ce projet qui verra la plantation de 3 millions d’arbres en Ouganda ?

Non seulement l’Ouganda veut planter des millions d’arbres, mais il veut faire un pas vers une reforestation durable, au bénéfice des communautés et de la vie sauvage.La déforestation excessive, l’agriculture et l’expansion des établissements humains continuent de...

Les héroïnes et héros de la paix du Jane Goodall Institute France

Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons au quotidien pour un monde meilleur pour les animaux, les humains et la nature. Chacun d’entre nous agit. Certains sont vétérinaires, d’autres chercheurs, agronomes, professeurs, médecins, infirmiers, logisticiens, mères de...

L’HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE II / III

Motambo, arrivé au sanctuaire de Tchimpounga, a immédiatement été pris en charge par le service vétérinaire car sa condition était critique.

L’ HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE I/III

​Lorsque les autorités locales ont mené une opération de saisie sur un bateau de contrebande, ils ne pouvaient se douter que le cargo contiendrait un petit chimpanzé malade, ayant désespérément besoin d’aide.

Le Prix « Roots & Shoots » Malaisie encourage le bénévolat chez les jeunes.

Inspiré par le Dr Jane Goodall, le prix donne aux jeunes malaisiens l’opportunité d’aider l’environnement, les animaux et leur communauté.

L’impact de l’homme réduit la diversité culturelle et comportementale des chimpanzés.

La prestigieuse revue Science publie des résultats révélateurs d’une étude exhaustive panafricaine, réalisée avec la collaboration de l’équipe du JGI Espagne au Sénégal et en Guinée. D’après les découvertes pionnières de Jane Goodall en Tanzanie dans les années 60,...

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter