L’ HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE I/III

par 20, Mai , 2019

Lorsque les autorités locales ont mené une opération de saisie sur un bateau de contrebande, ils ne pouvaient se douter que le cargo contiendrait un petit chimpanzé malade, ayant désespérément besoin d’aide. Ce chimpanzé que l’on nommera Motambo a été sauvé du trafic illégal d’animaux par l’ONG locale PALF (le Projet d’appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage), qui l’a ensuite amené à notre sanctuaire de Tchimpounga dans un état de santé absolument déplorable.

© Crédit JGI Motambo, soigné par l’équipe du Jane Goodall Institute lors de son arrivée à Tchimpounga.

Le piège, dans lequel Motambo a été pris, a sans doute été placé dans la forêt pour capturer de la viande de brousse. La chasse de viande de brousse est très répandue à travers le bassin du Congo, et demeure une source principale de protéines pour la population locale. En république du Congo, la viande de primate demeure la troisième viande préférée chez les consommateurs de viande de brousse[1]. Cette chasse est pratiquée à la fois par nécessité comme source de nutrition et par tradition culturelle. Au cours des 20 dernières années, nous estimons que 2 000 chimpanzés ont été tués uniquement par cette pratique.

Notre sanctuaire de Tchimpounga accueille les chimpanzés sauvés des pièges et rendus orphelins par la chasse. Mais le sanctuaire protège aussi activement les chimpanzés situés à travers la réserve environnante, d’une superficie totale de 555 km². Notre équipe d’écogardes, salariés du Jane Goodall Institute et issus des villages avoisinants la réserve, veille jour et nuit sur la faune et la flore de Tchimpounga.

Plus d’informations sur Tchimpounga : Construit en 1992 et situé à 50 km au Nord de Pointe-Noire, dans la région de Kouilou en République du Congo, le sanctuaire de Tchimpounga est situé sur une plaine côtière couverte de savane et d’une mosaïque de forêts galeries où la canopée se rejoint au-dessus de la rivière. Depuis sa construction, notre sanctuaire a su recueillir, soigner, et offrir une nouvelle vie à plus de 190 chimpanzés blessés et orphelins. Il est aujourd’hui le plus grand sanctuaire de chimpanzés d’Afrique. En plus de gérer le sanctuaire et la réserve environnante, nous œuvrons avec le gouvernement local et national pour défendre les droits des animaux, réduire le trafic illégal et sensibiliser la population.

 

Pour contribuer au financement des soins vétérinaires et de la protection assurée par les écogardes,  cliquez ici.

 

[1]  Household Bushmeat Consumption in Brazzaville, the Republic of the Congo

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter

A lire sur le même thème

L’HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE II / III

...

Il a reçu des soins intensifs jour et nuit de la part du personnel vétérinaire de Tchimpunga et est resté deux mois en convalescence. Motambo a reçu des sédatifs ainsi que des antidouleurs pour soulager la douleur sévère qu’il subissait et pour éviter d’avoir des convulsions qui aura ...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.