Un appel urgent à l’action du Jane Goodall Institute à la COP15

par | Déc 15, 2022 | Plaidoyer, Suivons Jane

Alors que le monde se réunit pour la COP15, nous adressons nos encouragements et notre reconnaissance à toutes les organisations et défenseurs compatissants qui travaillent sans relâche pour protéger la biodiversité mondiale. Nous exhortons les dirigeants de tous les pays à respecter leurs engagements et à adopter un cadre mondial pour la biodiversité post-2020 solide. Nos enfants comptent sur nous.

La biodiversité a décliné à un rythme alarmant au cours des dernières décennies, et les efforts de l’humanité n’ont pas réussi à empêcher cette perte dévastatrice d’espèces, de diversité génétique et de santé des écosystèmes. Bien que le sort de la biodiversité reste précaire et que sa perte rapide contribue au changement climatique à l’échelle mondiale, il reste une petite fenêtre de temps pendant laquelle nous pouvons assurer un avenir meilleur.

Du fait des décennies de recherche et d’efforts de conservation du Jane Goodall Institute, nous savons qu’outre la perte d’habitat, le trafic d’espèces sauvages a un impact négatif important sur la biodiversité et menace de nombreuses espèces menacées. Ce sont des problèmes complexes de dimension mondiale qui trouvent leur origine dans la pauvreté, la corruption, l’inapplication des lois et l’augmentation de la demande mondiale d’espèces exotiques. La lutte contre le trafic illégal d’espèces sauvages et son impact sur la perte de la biodiversité, la santé publique et animale, ainsi que sur les moyens de subsistance durables des communautés autochtones et locales, nécessite un cadre juridique international actualisé.

L’interdépendance de la santé des humains, des animaux et des écosystèmes est indiscutable. Les solutions doivent être holistiques, fondées sur la science et centrées sur les communautés. Dans le monde entier, le Jane Goodall Institute lutte contre la perte de biodiversité, du changement climatique et de l’inégalité environnementale. Pour ce faire, nous intégrons les connaissances indigènes, les données scientifiques et les technologies innovantes aux processus décisionnels et aux solutions locales. Nous travaillons avec les communautés pour soutenir des initiatives durables qui luttent contre la déforestation, permettent la surveillance des paysages importants pour la biodiversité, évaluent les effets potentiels du changement climatique sur les systèmes naturels, protègent les espèces sauvages menacées et prennent des mesures pour assurer un avenir viable à toute vie sur Terre.

“Nous devons nous rassembler et agir, maintenant, pour restaurer la biodiversité dans les endroits que nous avons détruits et pour protéger les zones sauvages qui nous restent. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons espérer la survie des personnes, des animaux et de l’environnement de cette planète qui est la nôtre. » – Dr. Jane Goodall, DBE

Ces solutions doivent également être inclusives. L’objectif des Nations unies de vivre en harmonie avec la nature d’ici 2050 est admirable, mais il ne sera possible que si les approches autochtones et communautaires sont financées de manière adéquate et intégrées dans les politiques et les pratiques à tous les niveaux. Nous devons inclure l’élimination des inégalités environnementales, l’application d’une approche de la conservation fondée sur les droits de l’Homme, ainsi que le soutien et l’amplification des efforts des peuples autochtones, qui protègent 80 % de la biodiversité mondiale sur leurs territoires.

Depuis les premières années de la recherche révolutionnaire du Dr Goodall sur les chimpanzés et son travail de conservation à Gombe, il a toujours été clair que la biodiversité est mieux protégée lorsque nous agissons dans le double intérêt des espèces menacées et des populations humaines qui dépendent des mêmes écosystèmes pour leur survie. À l’échelle mondiale, le Jane Goodall Institute dispose de bureaux dans 25 pays qui se consacrent à relever les défis les plus urgents en matière de biodiversité auxquels nous sommes confrontés. Notre programme Roots & Shoots, dirigé par des jeunes, met en évidence l’inégalité intergénérationnelle, car les enfants et les jeunes d’aujourd’hui seront les plus touchés par les effets dévastateurs du changement climatique et de la perte de biodiversité à l’avenir si nous n’agissons pas maintenant.

« Si nous espérons mettre un terme à la perte de biodiversité, il n’y a plus de temps à perdre car nous nous rapprochons dangereusement du point de non-retour. Alors que les délégués du monde entier se réunissent à Montréal pour la COP15, nous devons souligner l’urgence de la situation. Le pouvoir et l’énergie des jeunes sont une des raisons qui me donnent de l’espoir, et cela inclut les dizaines de milliers de jeunes du programme Roots & Shoots du Jane Goodall Institute. Ils font déjà leur part, ils changent déjà le monde par leurs actions. En ce moment critique, j’appelle tous les dirigeants à écouter les voix des jeunes et des peuples indigènes du monde entier. Ils nous disent ce que nous savons déjà : nous devons nous rassembler et agir, maintenant, pour restaurer la biodiversité dans les endroits que nous avons détruits et pour protéger les zones sauvages qui nous restent. Ce n’est qu’alors que nous pourrons espérer la survie des personnes, des animaux et de l’environnement de la planète que nous appelons notre foyer. » – Dr. Jane Goodall, DBE

Le Jane Goodall Institute soutient l’objectif de conservation de 30 % des zones terrestres et marines importantes pour la biodiversité d’ici 2030, tout en appelant les décideurs à faire preuve de courage en définissant des indicateurs fondés sur des données probantes et une feuille de route claire pour atteindre ces objectifs ambitieux qui permettent aux peuples autochtones et aux jeunes de faire entendre leur voix, en créant intentionnellement un espace significatif pour leur leadership et leur engagement.

Approuvé par le Jane Goodall Institute Global, qui représente 25 chapitres JGI dans le monde.

Vous aimerez lire aussi

Aidez-nous à créer et préserver un corridor écologique entre la Tanzanie et le sud du Burundi !

Ensemble, nous pouvons créer des forêts partagées 🌳, préserver des espaces de paix pour les chimpanzés 🐵 et aider les populations locales 👩🏾‍🌾

Faune sauvage : quelles actions mettre en œuvre pour la protéger ?

Dans le cadre de la campagne du Réveil des Forces Sauvages, le Jane Goodall Institute met à l’honneur 10 projets et associations qui agissent sur le terrain pour protéger la faune sauvage. Vous aussi, vous pouvez les aider de manière concrète.

Sanctuaire pour les chimpanzés de Tchimpounga au Congo : Rencontre avec une soigneuse du Jane Goodall Institute.

Les soigneurs sont essentiels dans la lutte pour mettre fin au braconnage et protéger les chimpanzés menacés d’extinction. Tchimpounga n’existe que grâce à leur patience, leur gentillesse et leur amour. Rencontrez Antonette, un membre très spécial de l’équipe qui a soigné des centaines de chimpanzés.

Burundi : protéger les chimpanzés et leurs habitats naturels avec les communautés locales

Plus de 90 % de la population burundaise dépend directement des ressources naturelles, en particulier la population rurale. Malheureusement, de nombreuses pressions et menaces directes pèsent sur les forêts, les aires protégées et la biodiversité. Ces menaces mettent le peuple Batwa qui dépend de la forêt en conflit avec les chimpanzés qui y vivent.

Le Jane Goodall Institute France soutien les actions sur le terrain en faveur des populations locales, des chimpanzés et du parc national de Kibira.
Voici pourquoi et comment !

One Health : une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Le concept « One Health » ou « une seule santé » en français, est mis en avant depuis le début des années 2000, avec la prise de conscience des liens étroits entre la santé humaine, celle des animaux et l’état écologique global. Il vise à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Déjà 680 000 arbres plantés en Tanzanie !

Grâce aux équipes du Jane Goodall Institute Tanzanie, aux groupes Roots & Shoots et à notre partenaire Maison du Monde Foundation, nous sommes ravis de vous annoncer que ce sont déjà plus de 680 000 arbres qui ont été plantés en Tanzanie !

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter