Genre, éducation et environnement : tout est connecté !

Pour permettre aux filles de gérer leur santé, la solution réside dans l’éducation

Des habitats naturels en bonne santé nécessitent des communautés saines, et l’élément capital pour maintenir des communautés saines est d’aider les filles et femmes à s’autonomiser. Les filles vivant des communautés comme celles des zones cibles du Jane Goodall Institute sont souvent empêchées de terminer leurs études secondaires – si tant est qu’elles aient déjà eu la chance de les commencer. Mais ce problème ne touche pas seulement les filles ; indirectement, il touche aussi leurs communautés, leurs futures familles, et l’environnement qui les entoure.

Le JGI sait qu’il est possible pour les filles de prendre leur avenir en main à travers un meilleur accès à l’éducation et aux soins, ce qui a pour effet non seulement d’améliorer leur bien-être, mais réduit également la consommation de ressources naturelles, et aide les communautés à prospérer. Les programmes du JGI aide les filles à rester à l’école en leur offrant des bourses d’études, en leur approvisionnant en articles hygiéniques, en créant un réseau de soutien de pairs, et en s’assurant que les filles aient un accès aux informations concernant leur santé pour qu’elles puissent avoir les clés en main pour prendre les décisions importantes sur leur vie future et le planning familial.

Améliorer la vie à travers un approche holistique à la santé et l’éducation

De plus, les projets de santé du JGI centrés sur les communautés réduit la transmission de maladies entre espèces, et aide à améliorer la condition de santé générale de la communauté. Nos projets liés à la santé incluent la protection de bassins hydrographiques, l’implémentation de sources locales d’eau potable, l’accès facilité à l’immunisation, l’installation plus rapide et plus efficace de poêles à bois et l’accès à des lampes solaires.
En aidant les communautés à améliorer leur santé, leur éducation, l’égalité des genres et les opportunités économiques, nous aidons à hausser le standard de vie et de bien-être, tout en augmentant les opportunités et en engageant les communautés à sortir de besoins personnels et immédiats pour se focaliser sur des besoins futurs et durables. En promouvant des projets et pratiques durables, les individus de ces communautés apprennent que la protection de l’environnement bénéficie à leur propre bien-être et à la pérennité de leur communauté et de environnement.

Le projet d’éducation par les pairs

A travers de nombreuses écoles en Ouganda, les filles mettent fin à leur éducation lorsqu’elles atteignent la puberté. Ceci est en parti dû à l’accès limité aux articles sanitaires, qui les contraint à rester chez elles durant leurs règles. Beaucoup de filles sont aussi poussées à se marier tôt, ou à rester à la maison pour aider avec les tâches ménagères.

Le programme d’éducation par les pairs du JGI offre aux jeunes femmes de l’Ouganda les informations nécessaires concernant la santé sexuelle ainsi que différents sujets liés au planning familial tels que le VIH/SIDA et d’autres MST, tout en leur apportant des kits d’hygiène menstruelle. Le JGI leur apporte aussi des formations de gestion de vie conçues pour aider les filles à se préparer aux différents défis de la vie adulte. Ainsi, les filles retournent ensuite dans leurs communautés et dans leurs écoles pour partager ce qu’elles ont appris avec leurs pairs, qui sont souvent plus à l’aise de partager sur ces sujets avec d’autres de leur âge plutôt qu’avec des adultes.

Le projet apporte aussi aux écoles participantes le matériel éducatif pour aider les instituteurs à guider et informer les élèves au sujet de la santé féminine. Les filles de familles n’ayant pas les moyens d’acheter du matériel scolaire reçoivent aussi des crayons et cahiers. Le projet est actuellement basé dans les écoles qui participent aux programme Roots & Shoots de Jane Goodall et qui sont en proximité de zones de conservation prioritaires de la vie sauvage.

Le projet de bourses d’études pour filles

En Tanzanie ainsi que dans d’autres pays africains, une disparité persiste entre les filles et garçons concernant leurs opportunités éducatives. A cause de ressources économiques limitées, les familles ne peuvent souvent pas envoyer tous leurs enfants à l’école. Les filles ont de bien plus fortes chances que les garçons d’être retirées des cours à un jeune âge pour pouvoir aider la famille à la maison. Elles sont aussi encouragées à se marier jeune et de à leur propre famille, ce qui réduit d’autant plus leurs chances de compléter leur éducation ou d’améliorer leurs perspectives économiques futures.

Le projet de bourse du JGI apporte aux filles et femmes dans la région de Kigoma en Tanzanie les ressources nécessaires pour compléter leur éducation depuis 1998. Les bénéficiaires participent aussi dans le programme Roots & Shoots de Jane Goodall, où elles en apprennent plus au sujet de l’environnement et de la durabilité. Aujourd’hui, le JGI a soutenu l’éducation de plus de 300 filles.

Par suite de ce projet de bourse pour filles, les parents et tuteurs des filles participent activement dans les programmes de conservation et de développement du JGI. En plus d’améliorer le niveau d’éducation des femmes, le projet de bourse forme les familles des bénéficiaires à utiliser des méthodes agricoles durables, et aussi à préserver et regénérer la forêt.

Crédits photos: JGI/Fernando Turmo; JGI Uganda