Le Prix « Roots & Shoots » Malaisie encourage le bénévolat chez les jeunes.

par 10, Mai , 2019

Par Tan Gim Ean

Inspiré par le Dr Jane Goodall, le prix donne aux jeunes malaisiens l’opportunité d’aider l’environnement, les animaux et leur communauté.

Lim et Shahira (cinquième et sixième depuis la gauche) avec les représentants d’organisations partenaires lors du lancement du Prix Roots & Shoots Malaisie (Toutes les photos : Rasma).

Lim et Shahira (cinquième et sixième depuis la gauche) avec les représentants d’organisations partenaires lors du lancement du Prix Roots & Shoots Malaisie (Toutes les photos : Rasma).

Lorsque les gens parlent de faire changer les choses, ils s’imaginent réinventer la roue ou lancer une énorme campagne aux résultats immédiats. Bien que de telles intentions soient louables, apporter son aide à des projets déjà en place et faire ce qui doit encore être fait, étape par étape, peut mener à quelque chose de remarquable.

La scientifique et conservationniste Jane Goodall, qui a commencé à étudier les chimpanzés il y maintenant bientôt 60 ans, croit en l’effet cumulatif du travail bien fait. A 85 ans, elle passe 300 jours par an sur la route pour nous rappeler que « nos actions peuvent faire la différence et nous devons décider quelle différence nous voulons faire ».

En 1991, le Jane Goodall Institut a lancé Roots & Shoots, un programme centré sur le changement positif que nous pouvons faire pour les individus, les animaux et l’environnement. En 2015, le chapitre malaisien du Jane Goodall Institute a été fondé par TP Lim pour activer des « graines de bonté » chez les jeunes et leur apporter les outils pour rendre le monde meilleur à travers des projets civiques.

Lim et Shahira au lancement du Prix Roots & Shoots Malaisie.

Lim et Shahira au lancement du Prix Roots & Shoots Malaisie.

Le 3 avril, lors de l’anniversaire de Jane Goodall, Lim a lancé le Prix Roots & Shoots Malaisie (Rasma) à Kuala Lumpur. Ce prix verra 30 participants âgés de 16 à 25 ans agir en tant que volontaires au sein de 15 organisations partenaires, dans lesquelles ils feront du travail de terrain, et apprendront sur différentes politiques, idées et plaidoyers, tout en œuvrant activement pour faire partie de la solution.

Partout où Jane Goodall va, comme l’explique Lim, les jeunes lui disent qu’ils se sentent impuissants face aux problématiques globales. Elle leur dit de regarder près de chez eux et de s’inspirer des petits groupes qu’elle rencontre, qui font ce qu’ils peuvent pour améliorer les choses, où qu’ils soient. Roots & Shoots a été mis en place pour les connecter pour qu’ils sachent ce que font les autres, et leur donner de l’espoir.

« Parfois nous réfléchissons trop. Le Dr. Jane a un esprit très pragmatique. Elle dit toujours ‘‘pense local et agit local : identifie le problème, pense à une solution, agit et réjouis-toi’’. Ce dernier élément est très important car nous devons continuellement apporter une énergie positive dans le monde, » dit Lim.

Les participants de Rasma peuvent agir pour protéger les tigres, les ours malais et les tortues, gérer des initiatives durables comme produire du savon fait maison, entrer en contact avec la nature à travers des aventures en plein air et des expéditions basées sur des projets, et en apprendre sur la conservation de la biodiversité, parmi tant d’autres choses. Ils pourront aussi participer à un atelier mené par Google Earth Outreach au bureau malaisien de Google à Kuala Lumpur.

Les organisations partenaires pour le prix sont le Bornean Sun Bear Conservation Centre, Ecoknights, Free Tree Society, Fuze Ecoteer, The Habitat Foundation, Institut for Democracy and Economic Affairs, Malaysia Primatological Society, Nuvista Media, Perak State Park Corp (Royal Belum), Rimau (Pesatuan Pelindung Harimau Malaysia), Persatuan Rimba Kmuniti Kota Damansara Selangor, Project GreenSmiths, Tropical Rainforest Conservation & Research Center, Turtle Conservation Sociéty of Malaysia et Google Earth Outreach.

Shahira Ahmed Bazari, la directrice générale de la fondation.

Shahira Ahmed Bazari, la directrice générale de la fondation.

Rasma peut aider les participants à prendre conscience du pouvoir qu’ils ont pour changer les choses, dit Lim, le président de Roots & Shoots Malaisie. « Nous somme comme les instigateurs… nous allumons la passion et responsabilisons les jeunes. Nous voulons créer un mouvement de personnes ayant juste envie de faire quelque chose pour résoudre les problèmes autour d’eux. »

Le financement initial de cette branche locale fut apporté par la Fondation Berjaya, et le soutien d’entreprises lui a permis de dédier ses fonds à des projets spécifiques et d’engager du personnel à plein temps. Yayasan Hasanah, une fondation d’impact de Khazanah National, est le partenaire de Rasma auprès des communautés, qui verra les participants agir bénévolement pendant 45 à 75 heures sur une période déterminée de trois mois, autour de projets liés au thème « Les Voix de la Forêt tropicale : protéger notre héritage partagé. »

La directrice générale de la fondation, Shahira Ahmed Bazari dit qu’il y a plus de 10 groupes Roots & Shoots en activité à travers les écoles de Malaisie, m0tivant les étudiants avec des programmes auxquels ils sont sensibles et qui les aident à répandre le message simple de Jane : prendre soin de Mère Nature.

Cet article fut publié pour la première fois le 29 Avril, 2019 par Edge Malaisie.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter

A lire sur le même thème

L’HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE II / III

...

Il a reçu des soins intensifs jour et nuit de la part du personnel vétérinaire de Tchimpunga et est resté deux mois en convalescence. Motambo a reçu des sédatifs ainsi que des antidouleurs pour soulager la douleur sévère qu’il subissait et pour éviter d’avoir des convulsions qui aura ...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.