La société civile demande une loi européenne ambitieuse dans la lutte contre la déforestation importée

par | Fév 3, 2022 | Plaidoyer

Les forêts et autres précieux écosystèmes qui peuplent notre planète sont détruits à une échelle et une vitesse alarmantes. Cette destruction est directement liée à ce que nous consommons en Europe. En effet, la plupart de nos repas préférés, de la raclette aux céréales que nous mangeons au petit déjeuner, contiennent des ingrédients qui ont été produits au détriment de la planète et de ses habitants. Cela inclut notamment l’huile de palme, le cacao ou encore le soja qui est utilisé pour nourrir les animaux.

Sans le savoir, nous mangeons littéralement nos forêts et par extension nous contribuons à la destruction des moyens de subsistance des populations.
C’est la raison pour laquelle, le 17 novembre dernier la Commission Européenne a publié un projet de loi visant à lutter contre la déforestation, qui obligerait pour la première fois les entreprises qui vendent certains produits dans l’Union Européenne à prouver que leurs chaînes d’approvisionnement n’ont pas conduit à la destruction de forêts.

Dans les semaines à venir, une série de discussions majeures et critiques auront lieu entre les ministres nationaux sur ce projet de loi. Ainsi, plusieurs ONG dont le Jane Goodall Institute France se sont exprimées à travers une prise de position commune, afin de demander aux ministres de soutenir une loi ambitieuse qui permettrait d’écarter la déforestation du marché de l’Union Européenne et d’optimiser le projet de loi actuel notamment sur les points suivants :
Des obligations strictes en matière de durabilité, basées sur des critères objectifs
Des définitions plus strictes des termes forêts, déforestation et dégradation des forêts
Des obligations en matière de respect des droits humains internationalement reconnus
Une protection équivalente dès le départ pour d’autres écosystèmes naturels (savanes, tourbières, zones humides)
La couverture la plus large possible de produits dès le début (avec notamment l’ajout de l’ensemble du bétail, du caoutchouc et du maïs à la liste existante)
Aune exception (que ce soit en fonction de la taille des opérateurs, du volume de leurs échanges ou du niveau de risque apparent du pays ou de la zone de production)
La responsabilité civile, l’accès à la justice et la responsabilité pénale en cas de manquement grave au règlement

Vous pouvez prendre connaissance de l’intégralité de la prise de position signée par le Jane Goodall Institute ici : Position de la société civile sur le projet de règlement de l’UE relatif aux produits liés à la déforestation

Vous aussi, vous pouvez aider à protéger la nature et à lutter contre le changement climatique. Rejoignez le mouvement #Together4Forests : https://together4forests.eu

Vous aimerez lire aussi

Aidez-nous à créer et préserver un corridor écologique entre la Tanzanie et le sud du Burundi !

Ensemble, nous pouvons créer des forêts partagées 🌳, préserver des espaces de paix pour les chimpanzés 🐵 et aider les populations locales 👩🏾‍🌾

Faune sauvage : quelles actions mettre en œuvre pour la protéger ?

Dans le cadre de la campagne du Réveil des Forces Sauvages, le Jane Goodall Institute met à l’honneur 10 projets et associations qui agissent sur le terrain pour protéger la faune sauvage. Vous aussi, vous pouvez les aider de manière concrète.

Sanctuaire pour les chimpanzés de Tchimpounga au Congo : Rencontre avec une soigneuse du Jane Goodall Institute.

Les soigneurs sont essentiels dans la lutte pour mettre fin au braconnage et protéger les chimpanzés menacés d’extinction. Tchimpounga n’existe que grâce à leur patience, leur gentillesse et leur amour. Rencontrez Antonette, un membre très spécial de l’équipe qui a soigné des centaines de chimpanzés.

Burundi : protéger les chimpanzés et leurs habitats naturels avec les communautés locales

Plus de 90 % de la population burundaise dépend directement des ressources naturelles, en particulier la population rurale. Malheureusement, de nombreuses pressions et menaces directes pèsent sur les forêts, les aires protégées et la biodiversité. Ces menaces mettent le peuple Batwa qui dépend de la forêt en conflit avec les chimpanzés qui y vivent.

Le Jane Goodall Institute France soutien les actions sur le terrain en faveur des populations locales, des chimpanzés et du parc national de Kibira.
Voici pourquoi et comment !

One Health : une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Le concept « One Health » ou « une seule santé » en français, est mis en avant depuis le début des années 2000, avec la prise de conscience des liens étroits entre la santé humaine, celle des animaux et l’état écologique global. Il vise à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Déjà 680 000 arbres plantés en Tanzanie !

Grâce aux équipes du Jane Goodall Institute Tanzanie, aux groupes Roots & Shoots et à notre partenaire Maison du Monde Foundation, nous sommes ravis de vous annoncer que ce sont déjà plus de 680 000 arbres qui ont été plantés en Tanzanie !

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter