La proposition de loi européenne sur la déforestation dévoilée

par | Nov 29, 2021 | Suivons Jane

Au niveau mondial, l'Union Européenne est responsable de plus de 10 % de la destruction des forêts, à travers la consommation de matières premières telles que la viande bovine, les produits laitiers, le soja pour l'alimentation du bétail, l'huile de palme, le cacao et le café. Devant ce constat, la Commission européenne a lancé fin 2020 une consultation publique afin de recueillir l’avis des citoyens sur les actions à entreprendre pour lutter contre la déforestation. A cette occasion, de nombreuses ONG, dont le Jane Goodall Institute France, ont lancé une grande campagne de mobilisation, #Together4Forests, afin que les citoyens puissent faire entendre leurs voix. Et vous avez été plus d’un million à répondre présents ! Le 17 novembre dernier, la Commission européenne a présenté un projet de loi visant à lutter contre la déforestation. Dans l’optique de la présidence française de l’Union Européenne dès le 1er janvier, nous continuerons, à nous mobiliser. Voici pourquoi.

Selon la dernière étude du WWF réalisée en 2021, l’Union Européenne reste le deuxième plus grand importateur de matières premières liées à la déforestation et à l’origine de 16% de la déforestation associée au commerce international.

Face à l’urgence de la situation, la Commission Européenne a présenté le lundi 17 novembre une première proposition de législation qui doit permettre d’exclure du marché européen des produits qui seraient liés à la déforestation (bœuf, bois, huile de palme, soja, café, cacao et certains produits dérivés comme le cuir, le chocolat et les meubles). Ainsi, avant de commercialiser leur produit, les entreprises devraient vérifier qu’il n’est pas issu d’une terre qui a été déforestée et dans le cas contraire, renoncer à le commercialiser.

Cette législation constitue un premier pas important qui doit être salué, compte tenu du rôle de la déforestation dans l’accélération du changement climatique et l’effondrement de la biodiversité.

Néanmoins, afin que cette proposition ait un réel impact pour le climat et la biodiversité, des points d’attention ont été soulevés par plusieurs ONG et seront à renforcer par le Parlement et le Conseil lors des débats qui démarreront en 2022 sous la présidence de la France :

– La législation ne doit pas se limiter aux forêts mais doit garantir la protection des autres écosystèmes naturels (savanes, prairies, mangroves) qui ont un impact conséquent pour le climat et la biodiversité et doivent être protégés.
– La législation doit couvrir l’ensemble des matières premières et des produits susceptibles d’être liés à la conversion d’écosystèmes, la proposition actuelle se limitant actuellement à six produits.
– Le respect des droits humains doit être garanti, il est nécessaire de protéger les droits des peuples autochtones et des communautés locales dont la survie dépend de ces écosystèmes, et notamment d’obtenir par leur consentement.

Le Jane Goodall Institute France soutient la campagne Together4Forests, qui a déjà remporté plus d’un million de signatures en 2020.
L’Institut salue cette première proposition qui devra néanmoins faire l’objet d’ajustements afin d’aboutir à l’adoption d’une législation ambitieuse.
Ensemble, soyons vigilants pour cette avancée importante, cette opportunité à ne pas rater !

Roxane Batt pour le Pôle plaidoyer du JGI France

Vous aimerez lire aussi

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Au Burundi, protégeons les chimpanzés et le parc national de Kibira

Le Parc national de Kibira, situé au Burundi, est une zone riche en biodiversité animale et végétale, qui abrite entre 250 et 300 chimpanzés. Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons avec les communautés locales pour préserver cette zone importante et sacrée.

Des nouvelles de Perrine à Tchimpounga en République du congo

Perrine, petite chimpanzé orpheline à cause du braconnage, a été retrouvée entre la vie et la mort, au prix d’une longue enquête en République du Congo. Elle a été recueillie et soignée à Tchimpounga par le Jane Goodall Institute et a retrouvé la santé.

Connaissez-vous ce projet qui verra la plantation de 3 millions d’arbres en Ouganda ?

Non seulement l’Ouganda veut planter des millions d’arbres, mais il veut faire un pas vers une reforestation durable, au bénéfice des communautés et de la vie sauvage.La déforestation excessive, l’agriculture et l’expansion des établissements humains continuent de...

Les héroïnes et héros de la paix du Jane Goodall Institute France

Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons au quotidien pour un monde meilleur pour les animaux, les humains et la nature. Chacun d’entre nous agit. Certains sont vétérinaires, d’autres chercheurs, agronomes, professeurs, médecins, infirmiers, logisticiens, mères de...

L’HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE II / III

Motambo, arrivé au sanctuaire de Tchimpounga, a immédiatement été pris en charge par le service vétérinaire car sa condition était critique.

L’ HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE I/III

​Lorsque les autorités locales ont mené une opération de saisie sur un bateau de contrebande, ils ne pouvaient se douter que le cargo contiendrait un petit chimpanzé malade, ayant désespérément besoin d’aide.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter