Jane Goodall : si les jeunes perdent espoir, c’est la fin de l’humanité

par | Déc 20, 2021 | Suivons Jane

En septembre dernier, lors du webinaire « Ecosperity Conversations » le Dr Jane Goodall a échangé avec des jeunes leaders d’Asie œuvrant contre le changement climatique. L’occasion pour le Dr Jane Goodall de rappeler aux jeunes l’importance d’agir d'abord localement.

« On nous répète sans cesse de « penser global, agir local », mais ce devrait être l’inverse. Si vous pensez d’abord à l’échelle mondiale, vous serez déprimé. Mais si vous pensez à ce que vous pouvez faire localement, si vous agissez avec des amis et constatez que vous faites la différence, cela vous donnera plus d’espoir et vous incitera à agir davantage », a déclaré l’éminente écologiste Jane Goodall lors du webinaire « Ecosperity Conversations » en septembre.

S’exprimant lors du panel intitulé « Se reconnecter avec la nature », elle a déclaré que sans espoir, les gens deviennent apathiques et cessent d’agir. « Je rencontre tellement de jeunes qui semblent avoir perdu tout espoir. Ils sont en colère, déprimés ou simplement apathiques. Si les jeunes perdent l’espoir, c’est la fin de notre espèce humaine. »

L’humanité est actuellement confrontée à une triple crise : la pandémie de la Covid-19, le changement climatique et la perte de biodiversité. « Comment en sommes-nous arrivés là ? C’est dû à notre manque absolu de respect pour le monde naturel et les animaux, et à l’idée folle que la croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) est plus importante que la protection de l’environnement, que les gains à court terme sont plus importants que notre avenir », a déclaré le Dr Goodall.

« Nous sommes sur cette planète aux ressources naturelles limitées et à la population humaine croissante – nous devons changer, nous devons forger une nouvelle relation avec le monde naturel », a-t-elle ajouté.

La tapisserie de la vie

Interrogée sur le lien entre la perte de biodiversité et le changement climatique, Jane Goodall a répondu que les deux sont intimement liés et qu’il faut se concentrer davantage sur la perte de biodiversité. Les effets du changement climatique augmentent directement la perte de biodiversité, car les espèces qui ne sont pas capables de s’adapter ou de se déplacer disparaîtront.

L’humanité dépend du monde naturel pour l’air pur, l’eau et la nourriture, mais ce dont nous dépendons, c’est d’écosystèmes sains, a déclaré Jane Goodall. « C’est pourquoi la perte de biodiversité est tout aussi importante que le changement climatique. »

« Un écosystème est constitué d’interrelations complexes entre les plantes et les animaux. Je le vois comme une magnifique tapisserie de la vie. Chaque fois que nos actions entraînent l’extinction d’une espèce de plantes ou d’animaux, c’est comme si nous tirions un fil de cette tapisserie. Si nous tirons suffisamment de fils, la tapisserie tombera en lambeaux et l’écosystème s’effondrera », a ajouté Jane Goodall.

Jamais trop tard

Pour Le Dr Jane Goodall, il n’est pas trop tard pour inverser la perte de biodiversité.

« La nature est étonnamment résiliente. Des endroits que nous avons complètement détruits peuvent redevenir verts et accueillir la vie. Les animaux au bord de l’extinction peuvent avoir une nouvelle chance. J’ai écrit un livre entier (Le Livre de l’Espoir) sur ces questions. Il n’est pas trop tard. Nous ne pouvons pas revenir à la situation d’origine. Mais nous pouvons commencer à inverser les choses. Et nous devons le faire », a déclaré Jane Goodall.

« Nous parlons de préserver le monde naturel pour les avantages qu’il nous procure, mais nous devrions le préserver pour lui-même. Nous ne sommes pas ici [sur terre] pour détruire. Nous n’avons pas créé les merveilles du monde naturel. Nous en apprenons de plus en plus sur lui, sur les choses qui se trouvent dans le couvert des forêts et dans les profondeurs de l’océan. Nous n’avons pas fini d’apprendre, mais nous détruisons des choses avant même de les avoir découvertes. Nous devons nous rassembler et empêcher ces gens de détruire la planète », a-t-elle déclaré.

Par où les jeunes doivent-ils commencer ?

« Il faut commencer par quelque chose qui vous passionne. Mais vous pouvez commencer dans une certaine direction et découvrir qu’en fin de compte, ce n’est pas vraiment vous. Vous ne devez jamais, jamais avoir honte de changer d’avis. Il faut parfois beaucoup de temps à un jeune pour réaliser ce qui le passionne », a conseillé Jane Goodall.

« D’autres fois, vous pouvez savoir où vous voulez aller, mais vous ne savez pas comment y arriver. Quand je voulais aller en Afrique, il m’a fallu beaucoup de temps pour économiser car nous n’avions pas d’argent. Mais faites quelque chose, n’importe quoi, trouvez un emploi, gagnez de l’argent et, au final, vous pourrez toujours aider l’environnement, et peut-être même le faire à plein temps », a-t-elle ajouté.

Le Jane Goodall Institute et le programme Roots & Shoots sont des points de départ pour mener des actions.

« La principale valeur de Roots & Shoots est le respect – le respect des personnes de cultures et de religions différentes, le respect des animaux qui, nous le savons maintenant, sont sensibles et ressentent la peur et la douleur tout comme nous, et le respect de l’environnement que nous continuons à détruire. Nous disposons encore de cette fenêtre de temps et nous devons nous rassembler pour l’utiliser », a déclaré Jane Goodall.

« Nous avons tous les outils à notre disposition pour changer les choses. C’est de la volonté dont nous avons besoin, et ce sont les jeunes qui ont démontré qu’ils avaient cette volonté. Nous pouvons, nous voulons et nous devons faire de ce monde un monde meilleur pour l’avenir. Dieu merci, les jeunes relèvent le défi.

Source : www.eco-business.com/

Traduction par le JGI France.

Vous aimerez lire aussi

Pour une photographie du vivant éthique et responsable.

« Clic » … Un son familier qui résonne plusieurs millions de fois par jour à travers le monde, et qui rassemble des passionnés, des professionnels, des curieux, des amoureux de la nature…
Pourtant, aussi facile que cela puisse être, dégainer son téléphone ou son appareil photo n’est pas un geste anodin. Et si on ne fait pas attention, cela peut entraîner des conséquences désastreuses sur la faune et la flore sauvages.

Burundi : protéger les chimpanzés et leurs habitats naturels avec les communautés locales

Plus de 90 % de la population burundaise dépend directement des ressources naturelles, en particulier la population rurale. Malheureusement, de nombreuses pressions et menaces directes pèsent sur les forêts, les aires protégées et la biodiversité. Ces menaces mettent le peuple Batwa qui dépend de la forêt en conflit avec les chimpanzés qui y vivent.

Le Jane Goodall Institute France soutien les actions sur le terrain en faveur des populations locales, des chimpanzés et du parc national de Kibira.
Voici pourquoi et comment !

One Health : une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Le concept « One Health » ou « une seule santé » en français, est mis en avant depuis le début des années 2000, avec la prise de conscience des liens étroits entre la santé humaine, celle des animaux et l’état écologique global. Il vise à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Déjà 680 000 arbres plantés en Tanzanie !

Grâce aux équipes du Jane Goodall Institute Tanzanie, aux groupes Roots & Shoots et à notre partenaire Maison du Monde Foundation, nous sommes ravis de vous annoncer que ce sont déjà plus de 680 000 arbres qui ont été plantés en Tanzanie !

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Au Burundi, protégeons les chimpanzés et le parc national de Kibira

Le Parc national de Kibira, situé au Burundi, est une zone riche en biodiversité animale et végétale, qui abrite entre 250 et 300 chimpanzés. Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons avec les communautés locales pour préserver cette zone importante et sacrée.

Des nouvelles de Perrine à Tchimpounga en République du congo

Perrine, petite chimpanzé orpheline à cause du braconnage, a été retrouvée entre la vie et la mort, au prix d’une longue enquête en République du Congo. Elle a été recueillie et soignée à Tchimpounga par le Jane Goodall Institute et a retrouvé la santé.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter