Fin alternative au film « Don’t Look Up » : « Jamais trop petit pour faire la différence » par le Dr Jane Goodall

par | Mar 24, 2022 | Suivons Jane

Des activistes, leaders du climat et scientifiques, dont le Dr Jane Goodall, ont été sollicités par Netflix afin d’imaginer des fins alternatives et optimistes à la comédie satirique Don’t Look Up.

Le film Don’t Look Up décrit la fin de l’humanité suite à la chute d’une comète sur la Terre et à l’inaction des politiques qui n’ont rien fait pour l’éviter. Ce film est une métaphore de l’inertie à laquelle nous faisons face autour de la crise climatique actuelle.

Fins alternatives Don't Look Up - Jane Goodall

Le réalisateur Adam McKay explique que la conclusion cataclysmique « était censée nous faire passer progressivement de notre société ridicule, axée sur le divertissement, la politique et les distractions, à la lumière en cascade de la réalité. Cette réalité étant bien sûr l’impact inévitable de la comète. »

Mais une fin aussi cataclysmique est-elle nécessaire pour réveiller les consciences ?

C’est une question qui a intrigué Adam McKay. C’est pourquoi, des scientifiques, experts internationaux, dont le Dr Jane Goodall, des activistes ont été sollicités afin d’imaginer des fins alternatives et plus optimistes. « J’aime l’idée que des leaders du climat, des activistes et des scientifiques nous montrent comment nous pouvons, en fait, créer une fin différente », dit McKay. « Nous ne sommes pas un public passif face à cette crise climatique. Nous pouvons agir. Nous pouvons faire des choix. »

Nous vous proposons de découvrir le scénario imaginé par le Dr Jane Goodall.

Fins Alternatives Don't Look Up - Dr Jane Goodall

Fins Alternatives Don’t Look Up – Dr Jane Goodall

Une jeune fille, Sarah, regarde les émeutes du Bojo Mambo à la télévision. Le bandeau déroulant les infos clignote et annonce « MISSION DE LA COMETE ANNULEE ! ». Sarah va se coucher bouleversée et sent qu’elle doit essayer de faire quelque chose.

Le lendemain, Sarah et ses amis se réunissent pour discuter de ce qui peut être fait. Leur salle de jeux se transforme en quartier général de la campagne et ils élaborent leur plan. Un petit garçon va parler à sa tante, une célèbre présentatrice de journaux télévisés ; un autre va parler à son père, un assistant du président Orlean (Meryl Streep). Et Sarah va affronter son grand-père, Peter Isherwell (Mark Rylance).

Sarah se fraye un chemin dans les bureaux de BASH en passant devant des agents de sécurité désintéressés. Elle trouve son grand-père, Peter Isherwell, en train de bricoler un nouvel appareil BASH. « Grand-père, je peux te parler ?« 

Elle lui demande si ce qu’elle a vu à la télé est vrai, et il tente de l’ignorer. Mais elle lui demande à nouveau. « Grand-père, c’est ma planète aussi, c’est mon avenir qui est en jeu. » Ses mots atteignent le cœur qui bat dans l’homme d’affaires. Il passe un coup de fil. Et la mission reprend.

Inspirés par la jeune génération, les médias exigent des solutions à la crise. BASH travaille avec d’autres entreprises et gouvernements pour organiser la mission. La comète est détournée, le monde est sauvé. Vous n’êtes jamais trop petit pour faire la différence.

Pour retrouver toutes les fins proposées par les 14 scientifiques à qui le réalisateur du film, McKay, a proposé de trouver une fin alternative, c’est ici (en anglais) : https://www.netflix.com/tudum/articles/could-dont-look-up-have-ended-differently

Si vous souhaitez soutenir notre action au Burundi, vous le pouvez en participant à notre campagne de crowdfunding.

Protégeons la biodiversité au Burundi : Les chimpanzés et le Parc national de Kibira

Merci à tous pour votre soutien !

 

Vous aimerez lire aussi

Aidez-nous à créer et préserver un corridor écologique entre la Tanzanie et le sud du Burundi !

Ensemble, nous pouvons créer des forêts partagées 🌳, préserver des espaces de paix pour les chimpanzés 🐵 et aider les populations locales 👩🏾‍🌾

Faune sauvage : quelles actions mettre en œuvre pour la protéger ?

Dans le cadre de la campagne du Réveil des Forces Sauvages, le Jane Goodall Institute met à l’honneur 10 projets et associations qui agissent sur le terrain pour protéger la faune sauvage. Vous aussi, vous pouvez les aider de manière concrète.

Sanctuaire pour les chimpanzés de Tchimpounga au Congo : Rencontre avec une soigneuse du Jane Goodall Institute.

Les soigneurs sont essentiels dans la lutte pour mettre fin au braconnage et protéger les chimpanzés menacés d’extinction. Tchimpounga n’existe que grâce à leur patience, leur gentillesse et leur amour. Rencontrez Antonette, un membre très spécial de l’équipe qui a soigné des centaines de chimpanzés.

Burundi : protéger les chimpanzés et leurs habitats naturels avec les communautés locales

Plus de 90 % de la population burundaise dépend directement des ressources naturelles, en particulier la population rurale. Malheureusement, de nombreuses pressions et menaces directes pèsent sur les forêts, les aires protégées et la biodiversité. Ces menaces mettent le peuple Batwa qui dépend de la forêt en conflit avec les chimpanzés qui y vivent.

Le Jane Goodall Institute France soutien les actions sur le terrain en faveur des populations locales, des chimpanzés et du parc national de Kibira.
Voici pourquoi et comment !

One Health : une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Le concept « One Health » ou « une seule santé » en français, est mis en avant depuis le début des années 2000, avec la prise de conscience des liens étroits entre la santé humaine, celle des animaux et l’état écologique global. Il vise à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Déjà 680 000 arbres plantés en Tanzanie !

Grâce aux équipes du Jane Goodall Institute Tanzanie, aux groupes Roots & Shoots et à notre partenaire Maison du Monde Foundation, nous sommes ravis de vous annoncer que ce sont déjà plus de 680 000 arbres qui ont été plantés en Tanzanie !

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter