Au Burundi, protégeons les chimpanzés et le parc national de Kibira

par | Mai 14, 2021 | Sur le terrain

Le Parc national de Kibira, situé au Burundi, est une zone riche en biodiversité animale et végétale, qui abrite entre 250 et 300 chimpanzés. Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons avec les communautés locales pour préserver cette zone importante et sacrée.

L’importance du Parc national de Kibira et de sa protection.

Le Parc National de Kibira est situé entre 1 550 et 2 666 mètres d’altitude, où culmine le mont Teza. D’une superficie de 40 000 hectares, chevauchant quatre provinces du Burundi, il est composé d’une forêt pluviale de montagnes.

C’est une zone riche en biodiversité à la fois animale et végétale : 644 espèces végétales ont été trouvées dans le parc, ainsi qu’environ 98 espèces de mammifères (primates, servals, civettes africaines, etc.). La vie des oiseaux y est également riche et variée, avec 43 familles et plus de 200 espèces identifiées.

Plus des trois quarts de l’eau du plus grand barrage du pays – fournissant plus de 50 pour cent de l’énergie hydroélectrique consommée – proviennent de cette forêt. Ainsi le parc, tel qu’il est sur la crête Congo-Nil, joue un rôle fondamental dans la régulation du système hydrologique et la protection contre l’érosion des sols.

Situé dans le nord-ouest du Burundi, le parc national de Kibira est contigu au parc national de la forêt de Nyungwe au Rwanda ; ensemble, ils forment un bloc forestier de montagne de 130000 hectares.

Historiquement, certaines parties de la forêt de Kibira ont été très importantes pour la population locale, qui la considère comme sacrée et possède des qualités magiques. À partir de 1980, des efforts de conservation actifs ont commencé sur le site ; la même année, il a été déclaré parc national. Outre les chimpanzés de l’Est (Pan troglodytes), d’autres espèces de primates trouvées sur le site sont le Ruwenzori colobus (Colobus angolensis ruwenzorii), le singe doré (Cercopithecus mitis kandti) et le singe de l’Hoest (Cercopithecus l’hoesti). Le parc abrite également de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques du Rift Albertine et est une zone importante pour les oiseaux désignée.

La forêt de Kibira couvrait à l’origine environ 900 km², mais celle-ci a été réduite à 400 km² à la suite d’un programme d’extension des plantations de thé dans les années 1970. Comme les terres entourant le parc national de Kibira étaient particulièrement adaptées à la culture du thé, une grande superficie a été déboisée pour le programme. De plus, les rebelles qui ont occupé la forêt pendant plusieurs années de conflit civil, entre 1994 et 2007, ont abattu et chassé intensivement les grands mammifères. Et scier de nombreux arbres.

C’est donc un milieu qui fait face à la fois à la déforestation et à la fragmentation des habitats naturels des animaux sauvages. Sa protection et sa restauration sont donc particulièrement importants.

Les chimpanzés présents dans le Parc de Kibira et les menaces qui pèsent sur eux.

Les chimpanzés Pan Troglodytes partagent avec nous 98,6% de notre ADN. Malheureusement, ces chimpanzés sont menacés par la chasse ainsi que par la diminution et fragmentation de leurs habitats naturels.
On considère qu’il y a entre 250 et 300 chimpanzés dans le parc national de Kibira au Burundi.

Les chimpanzés jouent un rôle très important dans les forêts. Ce sont par exemple des agents pollinisateurs au rôle-clé. Par exemple certaines de ces espèces, comme le Myrianthus, sont utilisés par les populations locales pour leur nutrition et à finalité médicinale.

Ces chimpanzés font face à de nombreuses menaces :
– La diminution et la fragmentation de leurs habitats naturels
– La chasse et le trafic

C’est pour toutes ces raisons qu’il est si important de les protéger, ainsi que les forets qui constituent leur habitat naturel.

Les actions du Jane Goodall Institute.

Le Jane Goodall Institute œuvre depuis toujours en protégeant les chimpanzés, leurs habitats naturels et en mettant les communautés locales au cœur de la stratégie de conservation.

C’est pourquoi, au Burundi, nous œuvrons sur le terrain en :
– Protégeant les chimpanzés
– Restaurant les forêts du parc national de Kibira et créant un corridor écologique
– Impliquant les villageois et améliorant leurs conditions de vie
– Sensibilisant les plus jeunes grâce à notre programme Roots & Shoots

Si vous souhaitez soutenir notre action au Burundi, vous le pouvez en participant à notre campagne de crowdfunding.

Protégeons la biodiversité au Burundi : Les chimpanzés et le Parc national de Kibira

Merci à tous pour votre soutien !

 

Vous aimerez lire aussi

Au Burundi, protégeons les chimpanzés et le parc national de Kibira

Le Parc national de Kibira, situé au Burundi, est une zone riche en biodiversité animale et végétale, qui abrite entre 250 et 300 chimpanzés. Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons avec les communautés locales pour préserver cette zone importante et sacrée.

Des nouvelles de Perrine à Tchimpounga en République du congo

Perrine, petite chimpanzé orpheline à cause du braconnage, a été retrouvée entre la vie et la mort, au prix d’une longue enquête en République du Congo. Elle a été recueillie et soignée à Tchimpounga par le Jane Goodall Institute et a retrouvé la santé.

Connaissez-vous ce projet qui verra la plantation de 3 millions d’arbres en Ouganda ?

Non seulement l’Ouganda veut planter des millions d’arbres, mais il veut faire un pas vers une reforestation durable, au bénéfice des communautés et de la vie sauvage.La déforestation excessive, l’agriculture et l’expansion des établissements humains continuent de...

Les héroïnes et héros de la paix du Jane Goodall Institute France

Au Jane Goodall Institute, nous œuvrons au quotidien pour un monde meilleur pour les animaux, les humains et la nature. Chacun d’entre nous agit. Certains sont vétérinaires, d’autres chercheurs, agronomes, professeurs, médecins, infirmiers, logisticiens, mères de...

L’HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE II / III

Motambo, arrivé au sanctuaire de Tchimpounga, a immédiatement été pris en charge par le service vétérinaire car sa condition était critique.

L’ HISTOIRE DE MOTAMBO, PARTIE I/III

​Lorsque les autorités locales ont mené une opération de saisie sur un bateau de contrebande, ils ne pouvaient se douter que le cargo contiendrait un petit chimpanzé malade, ayant désespérément besoin d’aide.

Le Prix « Roots & Shoots » Malaisie encourage le bénévolat chez les jeunes.

Inspiré par le Dr Jane Goodall, le prix donne aux jeunes malaisiens l’opportunité d’aider l’environnement, les animaux et leur communauté.

L’impact de l’homme réduit la diversité culturelle et comportementale des chimpanzés.

La prestigieuse revue Science publie des résultats révélateurs d’une étude exhaustive panafricaine, réalisée avec la collaboration de l’équipe du JGI Espagne au Sénégal et en Guinée. D’après les découvertes pionnières de Jane Goodall en Tanzanie dans les années 60,...

JGI redouble ses efforts pour la conservation GR CE à un programme de 20 million de dollars de l’USAID

Comment donner une nouvelle dimension à des décennies d’investissement pour la conservation centrée sur la communauté ? Grâce au support et au financement du gouvernement des États-Unis par le biais de son agence pour le développement international, l’Institut Jane...

Gombe devient réserve de l’UNESCO

Conservation : le Programme sur l’Homme et la Biosphère récompense Gombe

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter