Participez à la lutte contre le trafic illégal des espèces sauvages en vacances : découvrez les bons gestes

par | Juil 12, 2022 | Plaidoyer

Vous êtes prêts à partir en vacances. Vous avez bouclé vos valises, pensé à la crème solaire et prévu des activités sympas. Mais saviez-vous que ces dernières peuvent nuire à la faune et flore sauvages et alimenter un marché noir ? Dans cet article, découvrez les bons réflexes à adopter pour éviter de contribuer au trafic illégal des espèces sauvages pendant vos vacances.

L’heure des vacances a sonné et que vous partiez à l’aventure à proximité de chez vous ou à l’autre bout du monde, votre comportement aura un impact. Alors autant qu’il soit positif !

Il est parfois difficile d’imaginer que vos actions peuvent avoir un impact direct sur le trafic illégal des animaux sauvages. Pourtant c’est bien le cas, et ce alors même que l’on pense agir en faveur des animaux.

Sur plusieurs aspects, vos actions comptent. Découvrez avec nous ce que vous pouvez faire pour lutter activement contre le trafic illégal pendant vos vacances :

Évitez de participer à certaines prestations touristiques

Spectacles d’animaux sauvages (singe sur un tricycle, phoque qui fait tournoyer un ballon, etc.) : ils mettent en scène des animaux dressés sous la contrainte pour avoir des comportements non-naturels. Les animaux sont généralement gardés dans des conditions contraires à leurs besoins physiologiques, et les spectacles représentent une énorme source de stress pour eux. Le plus beau spectacle reste celui des animaux dans leur milieu naturel, on vous conseille donc de faire des économies et de changer votre programme si ce n’est pas déjà fait.
Balade à dos d’éléphants / lavage des éléphants : bien que cela puisse sembler tentant d’être au contact de ces animaux majestueux, pour que ces activités puissent avoir lieu les éléphants ont au préalable dû recevoir un dressage particulièrement stressant et traumatisant. S’ils vous fascinent comme nous et que vous souhaitez les protéger (qui ne le voudrait pas ?), on vous encourage à refuser ce type de prestation.
Marche avec les lions et autres félins : Simba, Mufasa, Bagheera, ces noms vous disent probablement quelque chose. Et ils vous ont peut-être donné envie de les observer en famille de (trop) près. Saviez-vous que pour rendre cela possible, les lionceaux sont enlevés à leurs mères au moment où elles doivent les éduquer et leur permettre d’acquérir les codes propres à leur espèce ? À la place, ils sont manipulés par les touristes toute la journée, puis une fois trop grands pour être portés, ils sont utilisés pour marcher à côté des touristes. Plutôt que de céder, rappelez-vous que les animaux ne sont pas des peluches.
Promenade avec d’autres animaux : avant de mettre un pied à l’étrier, assurez-vous des conditions dans lesquelles les animaux sont détenus et exploités. Si l’animal porte plus de 15% de son poids, cela devient dangereux pour sa santé physique (balade à cheval, à dos d’âne, de dromadaire, chiens de traineau, etc.). Le droit du travail a bien réglementé les charges portées par les humains pour assurer leur bonne santé physique, pourquoi cela serait-il différent pour les animaux ?
Nage avec les dauphins et autres cétacés : un rêve d’enfant pour certains, mais bien que l’idée puisse sembler séduisante, soyez conscients que les animaux sont préalablement traqués et épuisés par les opérateurs pour pouvoir permettre aux touristes de nager à leurs côtés. Cette activité représente donc une énorme source de stress pour ces animaux. Il faut cependant rester vigilant et distinguer les sessions d’observations à distance qui, lorsqu’elles sont bien menées, constituent un moyen d’éducation et de sensibilisation.

ForEverWild Les bonnes pratiques à adopter cet été _ JGI France

GLA dans le parc national de Gombe

Respectez l’espace des animaux sauvages

● Que ce soit en voiture ou à pied, veillez à garder une bonne distance de sécurité afin de ne pas perturber le comportement naturel des animaux : votre meilleur souvenir restera de les avoir vus et photographiés dans leur état le plus naturel, et cela changera des contenus actuels sur les réseaux sociaux. Rappelez-vous que ce sont des animaux sauvages avec des comportements imprévisibles et dangereux. Il est également important de garder une bonne distance avec les animaux sauvages afin d’éviter le transfert de maladies entre eux et nous (le Covid et la variole du singe sont deux exemples qui achèveront sûrement de vous convaincre).
● Restez le plus discrets possible afin d’éviter de les stresser, de les effrayer ou de les faire fuir. De toute façon, ils vous auront sûrement déjà vus, entendus et sentis !
Évitez de les nourrir, vous pourriez créer des conflits entre les individus et créer une dépendance envers les humains. De plus, les animaux sauvages ont des régimes alimentaires spécifiques et la nourriture que vous leur donnez pourrait les rendre malades. Le saviez-vous ? Tout comme les canards ne doivent pas être nourris avec du pain, les chimpanzés ne mangent pas de bananes !
● Les nids, terriers et autres lieux de reproduction ont besoin d’intimité : observez-les à bonne distance et évitez tout contact physique. Vous n’aimeriez sans doute pas qu’un groupe de touristes armés de caméras vienne vous observer pendant que vous dormez.

Renseignez-vous avant de choisir une visite (safaris, réserves, sanctuaires, observations, etc.)

● Certaines d’entre elles peuvent dissimuler des pratiques douteuses sous des apparences éthiques. Pour éviter une mauvaise surprise, multipliez les sources d’information lors de vos recherches et penchez-vous sur les avis en détail : ne vous fiez pas uniquement à l’appellation du lieu (sanctuaire, refuge) et à la note globale attribuée par des internautes. Les voyageurs sont de plus en plus informés sur la maltraitance animale et arrivent à reconnaître les signes de mauvais traitements et les conditions dans lesquelles les animaux vivent. Consultez également les réseaux sociaux (« scroller » n’aura jamais été aussi utile), et rappelez vous qu’un sanctuaire éthique et respectueux des animaux ne ferait pas la publicité d’interactions entre ses résidents et les visiteurs.
Évitez les lieux qui organisent des nourrissages (viande pour attirer et observer les hyènes, etc.), des séances photos où les animaux sont manipulés, ou qui ne respectent pas une distance respectable avec les animaux sauvages. Pour choisir votre visite, vérifiez par exemple s’il y a un nombre limité de touristes par jour, si la distance avec les animaux est bien respectée, si le contact avec les animaux est interdit, si le lieu est certifié ce qui permet de prouver son engagement envers le bien-être animal…

Le chimpanzé Tabora se balance sur une branche dans le parc national de Gombe.

© Eline Gaudefroy

Adoptez les bons réflexes en matière de photographie de la faune sauvage

● On vous encourage vivement à prendre en photo les animaux dans leur habitat naturel, en liberté et à distance.
● Un clic et c’est dans la boîte ? Presque ! Pour être complètement parés on vous encourage à lire notre article sur la photographie des animaux sauvages en milieu naturel ainsi que la tribune pour une photographie animalière éthique signée par le Jane Goodall Institute.
● A l’inverse, refusez de vous faire prendre en photo au contact d’animaux sauvages en captivité car ce sont eux qui en paient le prix. En effet, pour rendre cela possible, les jeunes animaux ont été au préalable séparés de leur mère en bas âge, tandis que les adultes sont drogués et, pour certains, privés de leurs griffes ou dents. Ce ne sont certainement pas des souvenirs que vous souhaiteriez garder en mémoire et dont vous auriez envie de parler à votre retour de vacances. De plus, ces images, quand elles sont partagées sur les réseaux sociaux, influencent négativement la manière dont sont perçus les animaux sauvages qui semblent alors dociles, domesticables, sources de divertissement. Ces images donnent envie au grand public de faire de même, et elles alimentent donc le braconnage, le marché illégal d’animaux exotiques et nuisent fortement à la conservation des espèces sauvages. Exhiber un paresseux lors d’un événement privé, promener en laisse un capucin ou caresser un tigre sur le canapé de son salon est tout sauf normal et ne doit pas être encouragé.
● Enfin, assurez-vous de désactiver la géolocalisation de vos photos lorsque vous les publiez sur les réseaux sociaux. C’est un indice pour les braconniers qui pourront alors retrouver plus facilement un animal sauvage. Personne ne voudrait se rendre complice à son insu de crime environnemental !

ForEverWild - Adoptez les bonnes pratiques cet été _ Jane Goodall Institute France

Le chimpanzé Tabora se balançant sur une branche dans le parc national de Gombe.

Soyez vigilants quant à vos achats de souvenirs

● De manière évidente, abstenez-vous d’acheter ou d’adopter des animaux sauvages.
Évitez également l’achat de souvenirs contenant des produits issus d’animaux sauvages et de matériaux interdits (par exemple des boissons à base d’os de tigre, des sculptures en ivoire, des peignes en écailles de tortue, des vêtements fabriqués avec de la laine d’animaux protégés en voie de disparition…). Vérifiez que les souvenirs ont été produits et vendus de façon éthique en vous renseignant sur leur composition et leur provenance, et en privilégiant les boutiques qui ont une démarche équitable.
● De façon générale, rappelez-vous que l’importation d’animaux ou d’espèces végétales est soumise à une réglementation stricte, en cas de non-respect vous risqueriez donc de vous exposer à des sanctions. Vous participeriez aussi au phénomène des espèces exotiques envahissantes qui entrent en concurrence avec nos espèces endémiques et les mettent en danger : du corail sur une plage, une fleur cueillie dans une forêt ou même une plume trouvée par terre suffisent ! Vous ne souhaitez quand même pas être le responsable de l’arrivée d’un nouveau type de moustique ou d’un frelon dévoreur d’abeilles ?
→ Retrouvez une liste non exhaustive mais assez complète de ce qu’il vaut mieux ne pas ramener dans ses valises dans cet article du National Geographic.

Un dernier mot important : si vous voyez un animal ou êtes témoin de mauvais traitements envers des animaux, signalez-le aux autorités locales ou à des associations de protection des animaux.

Maintenant, vous savez tout des bons comportements à adopter en vacances pour respecter la faune sauvage et favoriser sa conservation ! N’hésitez pas à partager ces conseils autour de vous, pour que les animaux restent FOREVER WILD*.

#4EverWild
*libres pour toujours

Vous aimerez lire aussi

Aidez-nous à créer et préserver un corridor écologique entre la Tanzanie et le sud du Burundi !

Ensemble, nous pouvons créer des forêts partagées 🌳, préserver des espaces de paix pour les chimpanzés 🐵 et aider les populations locales 👩🏾‍🌾

Faune sauvage : quelles actions mettre en œuvre pour la protéger ?

Dans le cadre de la campagne du Réveil des Forces Sauvages, le Jane Goodall Institute met à l’honneur 10 projets et associations qui agissent sur le terrain pour protéger la faune sauvage. Vous aussi, vous pouvez les aider de manière concrète.

Sanctuaire pour les chimpanzés de Tchimpounga au Congo : Rencontre avec une soigneuse du Jane Goodall Institute.

Les soigneurs sont essentiels dans la lutte pour mettre fin au braconnage et protéger les chimpanzés menacés d’extinction. Tchimpounga n’existe que grâce à leur patience, leur gentillesse et leur amour. Rencontrez Antonette, un membre très spécial de l’équipe qui a soigné des centaines de chimpanzés.

Burundi : protéger les chimpanzés et leurs habitats naturels avec les communautés locales

Plus de 90 % de la population burundaise dépend directement des ressources naturelles, en particulier la population rurale. Malheureusement, de nombreuses pressions et menaces directes pèsent sur les forêts, les aires protégées et la biodiversité. Ces menaces mettent le peuple Batwa qui dépend de la forêt en conflit avec les chimpanzés qui y vivent.

Le Jane Goodall Institute France soutien les actions sur le terrain en faveur des populations locales, des chimpanzés et du parc national de Kibira.
Voici pourquoi et comment !

One Health : une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Le concept « One Health » ou « une seule santé » en français, est mis en avant depuis le début des années 2000, avec la prise de conscience des liens étroits entre la santé humaine, celle des animaux et l’état écologique global. Il vise à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Déjà 680 000 arbres plantés en Tanzanie !

Grâce aux équipes du Jane Goodall Institute Tanzanie, aux groupes Roots & Shoots et à notre partenaire Maison du Monde Foundation, nous sommes ravis de vous annoncer que ce sont déjà plus de 680 000 arbres qui ont été plantés en Tanzanie !

Le réveil des forces sauvages

Le Jane Goodall Institute France lance une campagne sur la protection de la faune sauvage en France et met à l’honneur 7 projets sur la plateforme participative Blue Bees pour aider ces héros du quotidien qui agissent jour après jour.

En Tanzanie, objectif 1 million d’arbres plantés par les jeunes du Programme Roots & Shoots

La Tanzanie est un pays avec une biodiversité remarquable mais malheureusement meurtri par la déforestation. Un projet Roots & Shoots en Tanzanie, soutenu par le Jane Goodall Institute France, sensibilise les plus jeunes à l’importance des forêts et a pour ambition de planter 1 million d’arbres.

La biodiversité est célébrée au Burundi avec le soutien du Jane Goodall Institute France

Dans la province de Bururi au Burundi, le 22 mai a été marqué par un grand jour en faveur de la nature locale : la Journée Internationale de la Biodiversité a réuni de nombreux acteurs actifs sur le terrain, des représentants locaux et les villageois. Les actions en faveur de la faune et de la flore locales ont été célébrées durant cet événement.

La technologie au service de la conservation : des camera traps pour soutenir la population de chimpanzés sénégalais

Grâce aux donateurs français, des « camera traps » surveillent les chimpanzés sénégalais de façon non invasive. Cette espèce étant en fort déclin, ces outils permettent une meilleure connaissance de leur comportement et des dangers qui les menacent afin d’améliorer les mesures de protection

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter