Koko,

Je me souviens très bien quand j’ai rencontré Koko pour la première fois, à l’invitation de Francine (Penny) Patterson (la femme qui a enseigné une forme modifiée de langue des signes américaine). Je ne me souviens pas exactement quand c’était, mais elle connaissait déjà un grand nombre de mots. Elle n’était pas le premier singe à maîtriser la langue des signes que je rencontrais, puisque je connaissais déjà Washoe, la femelle chimpanzé à qui les Gardners avaient d’abord appris la langue des signes. Roger Fouts repris la suite de son enseignement (il a également donné des cours à d’autres chimpanzés dont beaucoup que j’ai rencontrés).

Lors de mes études à Gombe sur les chimpanzés sauvages, j’ai appris des choses fascinantes sur leur nature et leur vie. Bien que nous, humains, gorilles et chimpanzés, soyons tous des grands singes, les gorilles sont très différents des chimpanzés. Pendant ma première visite lorsque j’étais assise à observer, Penny a eu une conversation en langue des signes avec Koko, et j’ai été impressionnée par la personnalité calme du gorille. Elle a appris beaucoup de signes tout au long de sa vie (environ 1000 que nous entendons – et elle comprenait également environ 2000 mots parlés). Elle utilisait ses signes de manière significative et parfois innovante. Et elle a répondu à une question pour moi, au sujet de laquelle je me disputais avec certains de mes étudiants travaillant avec les chimpanzés sauvages de Gombe. J’ai toujours insisté sur le fait que lorsqu’ils observaient un groupe de chimpanzés sur le sol, se reposant ou se toilettant, les élèves devaient s’asseoir. « Ça ne peut pas être agréable pour les chimpanzés de vous voir les dominer » ai-je dit. Certains étudiants soutenaient que les chimpanzés avaient l’air si détendus qu’ils n’en avaient rien à faire. J’ai donc demandé à Penny de demander à Koko si elle préférait que les gens s’assoient ou restent debout quand ils étaient avec elle. Et Koko a été très claire dans sa réponse selon Penny. Elle préférait que les gens s’allongent !

Et l’autre histoire que j’aime à propos de Koko est celle qui prouve, une bonne fois pour toutes, que les singes ont le sens de l’humour. J’avais déjà eu l’occasion de m’en rendre compte avec les chimpanzés, mais rien n’était aussi clair que le comportement de Koko. Elle venait d’apprendre les signes pour toutes les couleurs, pas seulement les couleurs primaires, mais aussi le violet, le doré, le beige etc.  Une jeune femme testait distraitement ses compétences, occupant Koko en attendant son dîner. La jeune femme ramasse divers objets et Koko exprime correctement en langue des signes leur couleur. Jusqu’à ce qu’on lui demande la couleur d’un tissu blanc. « Rouge » dit-elle en langue des signes. Et elle insiste sur le rouge plusieurs fois jusqu’à ce qu’on lui dise que si elle ne donne pas la bonne couleur, elle n’aura pas de jus de pommes pour le dîner. A cette terrible menace, Koko tend la main, attrape le tissu, ramasse un petit morceau de duvet rouge, et répétait vigoureusement en langage des signes « rouge, rouge, rouge, rouge » tout en poussant de bruyants grognements de rire de gorille.

https://janegoodall.fr/

Koko le gorille et son chaton

Koko est devenue internationalement connue et aimée lorsqu’elle a demandé un chaton pour Noël. Elle avait rejeté le chaton en jouet qu’elle avait reçu, puis avait choisi un chaton gris et blanc dans la portée. Elle a nommé le chaton All Ball et était rarement séparée de lui jusqu’à ce qu’il soit tragiquement tué par une voiture. Après cela, Koko a montré des signes de deuil pendant plusieurs mois. Par la suite, elle s’est occupée d’une succession de chatons, toujours en les traitant avec beaucoup de douceur. Elle a illustré les liens qui pouvaient exister entre des animaux d’espèces différentes, un sujet qui m’intéresse particulièrement. (Une fois, à Gombe, une véritable amitié s’est développée entre un bébé chimpanzé quelque peu solitaire, Gilka, et un babouin, Goblina, qui quittait le groupe pour jouer avec son ami quand ils étaient près l’un de l’autre.)

Une autre histoire que j’ai apprise à propos de Koko est qu’elle adorait peindre pour le plaisir, bien que Michael, un gorille avec lequel elle avait été élevée, prenait la peinture très au sérieux (Michael est tristement mort d’une insuffisance cardiaque en 2000).

Koko est paisiblement morte dans son sommeil à l’âge de 46 ans, vivant ainsi un peu plus longtemps que ce que vivent généralement les gorilles dans la nature (Le plus vieux gorille dans un zoo était Colo de Columbus Zoo qui est mort à l’âge de 60 ans).

Koko, tu nous as beaucoup appris sur l’intelligence des gorilles, et tu étais très aimée. Tu nous manqueras.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter

A lire sur le même thème

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.