En décembre 2013, le monde entier découvrait le chimpanzé Wounda et la magnifique étreinte qu’elle offrait au Dr Jane Goodall avant de retrouver la nature qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Un an plus tard, Wounda s’est parfaitement adaptée à la vie dans la forêt.

Il y a un an, de nombreux médias rapportaient le relâcher en forêt de Wounda, un des chimpanzés soignés par le Centre de Réhabilitation de Tchimpounga de l’Institut Jane Goodall au Congo-Brazzaville.
Après avoir été arrachée à sa mère par des braconniers et avoir contractée de graves maladies, Wounda, dont le nom signifie « proche de la mort », a ému par la nouvelle de sa réintroduction en milieu naturel.
Mais personne ne s’imaginait que la primate, avant de se diriger vers la forêt, se retournerait spontanément et enlacerait longuement la célèbre primatologue Dr Jane Goodall.

Jane Goodall nous a confié que c’était l’un des moments les plus surprenants et émouvants de sa vie.
Personne ne s’imaginait non plus l’ampleur de ce geste devenu viral sur les réseaux sociaux grâce à cette vidéo :

Aujourd’hui, un an après cette rencontre émouvante, l’Institut Jane Goodall France a le plaisir d’annoncer que Wounda s’est très bien adaptée à son nouveau lieu de vie et qu’elle a créé des liens d’amitié étroits avec les autres chimpanzés relâchés sur l’île de Tchindzoulou.

Cette île de 100 hectares est encadrée par le personnel de l’Institut Jane Goodall :

En supplément de leur régime alimentaire naturel, les coopératives locales les approvisionnent en fruits et légumes.
L’équipe sur place, dirigée par la vétérinaire espagnole Rebeca Atencia, a déjà réussi à réintroduire plus de 30 chimpanzés sur les îles du fleuve Kouilou.
Ce projet complexe et coûteux est rendu possible, entre autre, grâce au soutien des membres et donateurs de l’Institut Jane Goodall France : ils offrent ainsi une nouvelle chance dans la vie de ces animaux avec lesquels nous partageons près de 99% de notre ADN.

Les chimpanzés et les autres grands singes sont grandement menacés. En cause, la diminution de leur habitat naturel (déforestation, fragmentation, activités humaines) et le braconnage pour la consommation de viande de brousse ou le trafic illégal.
Les Nations Unies ont estimé que chaque année 3000 grands singes sont chassés et exportés.
Si rien ne change, d’ici 2030, l’habitat des grands singes africains (chimpanzés, gorilles, bonobos) sera touché par les activités humaines à 90% et celui des grands singes asiatiques (orang-outans) à 99% !
Il est maintenant urgent de prendre des mesures pour leur préservation et protection.

Le Centre de Réhabilitation des Chimpanzés de Tchimpounga fondé au Congo par Jane Goodall, est le plus grand d’Afrique et héberge plus de 170 chimpanzés orphelins victimes de la chasse, du trafic illégal et de la destruction de leur habitat.
Les chimpanzés pouvant atteindre en captivité l’âge de 60 ans et plus, le centre s’engage à en prendre soin toute leur vie.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à la newsletter

A lire sur le même thème

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.