3 avril 1934

Valerie Jane Morris-Goodall est née à Londres, en Angleterre, elle est la fille de l’ingénieur Mortimer et de la romancière Vanne. Dès l’enfance, Jane aime les animaux. À l’âge de deux ans, son père lui offre un singe en peluche représentant Jubilee, un chimpanzé né au zoo de Londres. Jane aime de manière inconditionnelle cette peluche qui la suivra partout.

Années 1930

Jane rêve de vivre en Afrique pour observer et étudier les animaux. Bien que ce soit un projet singulier pour une fille à l’époque, la mère de Jane l’encourage : « Jane, si tu veux vraiment quelque chose, tu dois travailler dur pour l’obtenir, tirer parti de toutes les opportunités, ne jamais abandonner et tu trouveras un moyen de l’obtenir ». Après la guerre, les parents de Jane divorcent.

1939 - 1945

Jane a eu une enfance heureuse qu’elle a passée à explorer et jouer à l’extérieur de la maison de famille de Bournemouth en Angleterre. Mais la seconde guerre mondiale fait rage et le père de Jane qui travaille comme ingénieur pour l’armée, disparaît de la vie de sa fille pour un temps.

1952 - 1956

Quand Jane est diplômée de l’école secondaire en 1952, elle ne peut pas financer son entrée à l’Université. Jane apprend donc le métier de secrétaire et travaille quelques temps en tant que dactylographe à l’Université d’Oxford. Plus tard, elle intégrera une société de production audiovisuelle située à Londres où elle est chargée de sélectionner la bande son des documentaires. En mai 1956, l’amie de Jane, Clo Mange l’invite dans sa ferme familiale au Kenya. Jane quitte Londres, retourne chez elle et travaille comme serveuse pour économiser assez d’argent et prendre le bateau pour l’Afrique.

2 Avril 1957

Le 2 avril 1957, à l’âge de 23 ans, Jane rejoint le Kenya en bateau. Elle vit des moments fabuleux et fait des rencontres exceptionnelles en Afrique. En particulier, celle du célèbre anthropologue et paléontologue Dr. Louis S. B. Leakey. Impressionné par la connaissance qu’a Jane de l’Afrique et de sa faune, Leakey l’embauche comme assistante. Elle voyage avec Leakey et son épouse, l’archéologue Mary Leakey, dans les Gorges d’Olduvai en Tanzanie lors d’une expédition de chasse aux fossiles.

1959

Jane revient en Afrique pour s’y installer. Quand Leakey et Jane débutent l’étude des chimpanzés sauvages sur la rive du lac Tanganyika, les autorités britanniques sont réfractaires à l’idée qu’une jeune femme puisse vivre parmi les animaux sauvages en Afrique. Ils acceptent finalement la proposition de Leakey lorsque Vanne, la mère de Jane, s’engage à accompagner et chaperonner sa fille durant les trois premiers mois.

14 Juillet 1960

Le 14 juillet 1960, Jane et Vanne arrivent dans le Parc de Gombe Stream, réserve de chimpanzés sur la côte ouest de la Tanzanie.

Années 1960

L’étude des chimpanzés de Gombe n’est pas chose facile. Les animaux craintifs s’enfuient à l’approche de Jane. Avec patience et détermination, elle parcourt la forêt tous les jours, essayant délibérément de ne pas trop brusquer les chimpanzés, en prenant le temps de les approcher. Progressivement, les chimpanzés acceptent la présence de ce curieux singe blanc.

30 Octobre 1960

Jane observe pour la première fois le 30 octobre 1960 que les chimpanzés mangent de la viande. Plus tard, elle constate même que les chimpanzés chassent la viande qu’ils consomment. Ces observations réfutent la croyance largement répandue que les chimpanzés sont végétariens.

4 Novembre 1960

Le 4 novembre 1960, Jane observe David Greybeard (son chimpanzé préféré qu’elle a prénommé ainsi en raison de sa barbe blanche) et Goliath fabriquant des outils dans le but d’extraire les termites du sol. Ils choisissent une branche mince dans un arbre, la dépouillent de ses feuilles et l’introduisent dans la termitière durant quelques secondes. Ils sortent ensuite le bâton couvert de termites qu’ils attrapent avec leurs lèvres et savourent !

Années 1960

La fabrication d’outils devient l’une des découvertes les plus importantes de Jane. Jusque-là, les humains pensaient être les seuls êtres capables de créer et d’utiliser des outils. À la révélation des observations de Jane, Leakey s’exclama de son fameux commentaire : “Maintenant, nous devons redéfinir la notion d’outil, redéfinir la notion d’homme, ou bien accepter le chimpanzé comme humain”.

1962

Le travail de Jane à Gombe devient plus largement connu et en 1962 elle est acceptée à l’Université de Cambridge en tant que candidate au doctorat, une des rares personnes à être admises sans diplôme universitaire. Quelques érudits et scientifiques réservent un accueil glacial à Jane et critiquent le fait qu’elle donne des noms aux chimpanzés. «Il aurait été plus scientifique de les numéroter », disent-ils. Jane doit défendre l’idée qui pourrait maintenant sembler évidente : les chimpanzés ont un esprit, une personnalité et ressentent des émotions.

Août 1963

National Geographic décide de parrainer le travail de Jane et envoie le photographe et cinéaste, Hugo van Lawick, pour documenter sa vie à Gombe. En août 1963, Jane publie son premier article dans National Geographic : «ma vie parmi les chimpanzés sauvages.»

1964

Van Lawick et Jane tombent amoureux et se marient en 1964. Ils ont un fils, Hugo Eric Louis van Lawick, plus connu de la famille et de ses amis sous le surnom de « Grub ».

1965

Jane obtient son doctorat en éthologie (l’étude du comportement animal) en 1965. Cette même année, National Geographic verse les fonds nécessaire à la construction de bâtiments en aluminium à Gombe. Ces premières structures permanentes marqueront la naissance du Gombe Stream Research Center.

1975

Jane et Hugo divorcent à l’amiable en 1974. En 1975, Jane épouse Derek Bryceson, membre du Parlement Tanzanien et Directeur des Parcs Nationaux de Tanzanie.

1977

En 1977, Jane fonde le Jane Goodall Institute qui poursuit encore aujourd’hui les recherches à Gombe. Avec 33 antennes à travers le monde, le Dr Jane et son Institut sont largement reconnus pour leurs programmes de conservation et développement, axés autour des communautés africaines.

1984

En 1984, Jane entame des travaux préparatoires pour Chimpanzoo, un programme de recherche international du Jane Goodall Institute consacré à l’étude des chimpanzés captifs et à l’amélioration de leur vie en captivité. Grâce à la recherche, à l’éducation des soigneurs et à la meilleure compréhension des besoins, la vie des animaux captifs, issus de la recherche pour la plupart, a été foncièrement améliorée.

1986

En novembre 1986, les travaux de Jane “The Chimpanzees of Gombe: Patterns of Behaviour” sont publiés et présentés à la Conférence Scientifique de Chicago. À cette occasion, Jane et les participants sont stupéfaits face à l’avis général des conférenciers qui font clairement état du danger lié à la destruction de l’habitat en Afrique. La survie des chimpanzés en dépend. Jane quitte la Conférence en sachant qu’elle doit laisser Gombe derrière elle, pour travailler désormais à la conservation des chimpanzés sauvages.

1991

En 1991, Jane et 16 étudiants tanzaniens fondent Roots & Shoots, le programme mondial d’éducation environnementale et humanitaire du Jane Goodall Institute pour les jeunes de tous âges. Un mouvement international qui est l’héritage le plus important que Jane laisse à l’humanité.

1994

Le projet “Lake Tanganyika Catchment Reforestation and Education project” (TACARE prononcé “take-care”) est lancé en 1994. Ce programme initie les communautés situées autour du lac Tanganyika à l’agriculture durable. Les initiatives de microfinancement et l’éducation à la conservation sont autant de moyens mis en place pour protéger les populations et par extension l’habitat local et les espèces animales.

16 Avril 2002

Le 16 avril 2002, Jane est nommée Messager de la Paix des Nations Unies par le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan.

20 Février 2004

Jane est nommée Dame Commandeur de l’Empire Britannique (Ordre de Chevalerie) le 20 février 2004, lors d’une cérémonie au Palais de Buckingham à Londres.

2015

2015 a marqué le 55ème anniversaire de la Fondation du Parc National “Gombe Stream” qui abrite les chimpanzés les plus célèbres de la Planète. Grâce au Dr. Goodall et aux chercheurs dévoués qui ont complété ses travaux de découvertes supplémentaires, la vie de ces chimpanzés a été plus minutieusement documentée, photographiée et filmée que n’importe quel autre animal sauvage.

2017

Jane poursuit son travail aujourd’hui en voyageant en moyenne 300 jours par an et donnant des conférences dans des auditoriums et gymnases d’école faisant salle comble.

Elle y expose les menaces qui pèsent sur les chimpanzés, les problèmes environnementaux et ses raisons d’espérer que l’Homme va résoudre les problèmes qu’il a lui-même causés. Jane invite continuellement son public à prendre conscience de l’impact et la responsabilité de chacun dans les changements positifs, notamment à travers l’action de consommation, le changement du mode de vie et l’activisme.

2017

Le travail de recherche que le Dr Goodall a mis en marche il y a tant d’années est plus vivant que jamais et joue maintenant un rôle majeur, non seulement dans notre compréhension des chimpanzés, mais aussi pour rendre compte des efforts de conservation fourni par l’Institut Jane Goodall sur tout le territoire des chimpanzés de l’Ouest de la Tanzanie.

Grâce à plus de 50 ans de travail novateur, le Dr Jane Goodall ne nous a pas seulement montré le besoin urgent de protéger les chimpanzés de l’extinction; elle a également redéfini le lien homme-animal et fait avancer la conservation des espèces pour y inclure les besoins des populations locales

Jane Goodall est arrivée au Parc National de Gombe Stream en 1960, elle n’avait que 26 ans. Son projet de recherche était totalement différent de tout autre auparavant. Ce qu’elle nous a enseigné tant sur nos cousins les plus proches dans le règne animal que sur nous-même, a fait avancer la science et la conception que nous avons de l’animal.

En 1977, Jane fonde le Jane Goodall Institute, qui continue à soutenir le centre historique de recherches à Gombe mais aussi des sanctuaires comme celui de Tchimpounga au Congo ou de Dindefelo au Sénégal. Avec 33 bureaux à travers le monde, le Dr Jane et l’Institut sont largement reconnus pour leurs programmes de conservation et de développement axés sur la communauté en Afrique et la protection des chimpanzés sauvages.

En 1991, après avoir rencontré un groupe d’adolescents tanzaniens pour discuter des problèmes de leur communauté, Jane créé Roots & Shoots. Ce programme est consacré à inspirer les jeunes à prendre des mesures en faveur de l’environnement, où qu’ils se trouvent dans le monde entier. Roots & Shoots rassemble aujourd’hui plus de 150 000 groupes de membres, jeunes de tous âges, à travers 100 pays.

Jane poursuit son voyage et prend la parole dans des auditoriums, des centres de conférences, et fait salle comble. Elle s’exprime sur les menaces auxquelles sont confrontés les chimpanzés, les crises environnementales majeures qui se profilent, et ses raisons d’espérer que nous allons finalement résoudre les problèmes que nous avons imposé sur la terre.

Partout où elle va, Jane invite son auditoire à prendre conscience du pouvoir personnel et de la responsabilité individuelle de chacun. Il est possible d’effectuer des changements positifs : que l’on soit consommateur, que l’on milite pour un nouveau mode de vie ou juste en transmettant des message d’espoir à notre entourage. Collectivement, toutes nos actions individuelles peuvent aider à changer le monde.

A la découverte de Jane Goodall

Scientifique

Découvertes

Lorsque Jane Goodall entra dans la forêt de Gombe, le monde ne connaissait quasiment rien au sujet chimpanzés, et encore moins de leur parenté génétique unique à l’homme.

Jane a opté pour une approche originale/inhabituelle dans sa recherche sur le terrain, se plongeant dans leur habitat et leur vie pour faire l’expérience de leur société complexe. Comme un voisin plutôt que comme un observateur lointain, Jane a appris à les comprendre non seulement en tant qu’espèce, mais aussi en tant qu’individus éprouvant des émotions et se donnant des obligations au sein de leur tribu à long terme.

La découverte du Dr Jane Goodall en 1960 que les chimpanzés font et utilisent des outils est considérée comme l’une des plus grandes découvertes scientifiques du XXe siècle grâce à laquelle Jane a décroché des bourses d’études conséquentes qui lui ont permis de mener à bien son entreprise d’une envergure cruciale.

Ses recherches sur le terrain à Gombe ont transformé notre compréhension des chimpanzés et redéfini la relation entre les humains et les animaux, une prise de conscience qui impacte encore aujourd’hui la relation Homme-Animal dans le monde entier.

Je me suis sentie emplie d’un sentiment de calme. De plus en plus souvent je me suis retrouvée à penser que c’était ma mission, ce que j’étais venue faire dans ce monde.

Dr. Jane Goodall

Écologiste

Une nouvelle voie à suivre

Éthologue d’envergure mondiale, le Dr Jane Goodall redéfinit les principes traditionnels de la conservation.

Depuis 1977, le Jane Goodall Institute gère le centre international de recherches de Gombe dédié à la protection des chimpanzés dans leur habitat naturel. À la fin des années 1980, le constat devint clair que Gombe n’était qu’une partie de la solution à un problème beaucoup plus tentaculaire. Le déforestation, le déclin des populations de chimpanzés à travers l’Afrique et les braconniers devaient être pris en compte de manière plus globale.

Sachant que les communautés locales sont essentielles à la protection des chimpanzés, le rôle du Jane Goodall Institute a été de privilégier le bien-être des Hommes avant tout, leur apprendre à respecter les animaux, prévenir leur disparition et les sensibiliser au bien-être animal dont ils sont à la fois les responsables, garants de leur préservation.

En 1991 Jane a fondé Roots & Shoots, un programme de travail un programme éducatif fondé sur une philosophie par l’action, ralliant les jeunes dans plus de 100 pays, pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’adultes responsables, conscients des enjeux de demain.

Si nous comprenons les choses, nous nous en préoccupons. Si nous nous  préoccupons, nous serons en mesure d’aider. Pour la vie, nous devons tous aider.

Dr. Jane Goodall

Messagère de la paix

Une force mondiale de compassion et d’action

Aujourd’hui, le Dr Jane Goodall voyage dans le monde entier, écrivant, parlant et diffusant l’espoir par l’action, en encourageant chacun d’entre nous à «utiliser le don de notre vie pour faire du monde un meilleur endroit.»

En tant qu’écologiste, humaniste et militante pour le traitement éthique des animaux, Jane est une force mondiale de compassion et un Messager de la Paix des Nations Unies.

Tant que nous ne serons pas en paix et en harmonie avec l’environnement, nous ne vivrons jamais dans un monde de paix

Dr. Jane Goodall

Mentor

Inspirer la passion et l’engagement

Chaque jour, le Dr Jane Goodall illustre la différence qu’une personne peut faire. Au fil des ans, sa recherche révolutionnaire à Gombe a attiré beaucoup de femmes qui étaient presque absentes du domaine de la primatologie quand elle a commencé.

Aujourd’hui les femmes dirigent le domaine des études comportementales à long terme des primates, dans le monde entier. Elle inspire également des centaines de milliers de jeunes à prendre des mesures dans leur propre vie et dans leurs communautés à travers le programme de jeunes Roots & Shoots.

Roots & Shoots est une organisation sans frontières et un collectif international, donnant aux jeunes les connaissances et la confiance en eux pour agir au quotidien et faire la différence. Faire partie de quelque chose de plus grand que soi même donne du sens, permet de voir plus loin et de dépasser l’immédiateté, source de potentiels problèmes à plus long terme.

Je pense que pour être pleinement humain nous avons besoin d’avoir un sens dans nos vies, j’essaie d’aider ces jeunes à trouver le sens de leur vie

Dr. Jane Goodall