Mbebo attrape la grippe

Chaque année, au début de la saison sèche, les températures baissent et les jeunes chimpanzés du sanctuaire traversent une épidémie d’infections respiratoires.

mbebo-hiver-2013Malgré les précautions prises par les soigneurs pour minimiser les risques, il est impossible de protéger tous les chimpanzés de l’infection. Le virus de la grippe est très contagieux et lorsqu’un chimpanzé tombe malade, il est très difficile de l’empêcher de contaminer ses congénères.

Cette année, Mbebo a été durement touché. Il a fait l’objet de soins intensifs et été mis sous antibiotiques (bien que la grippe soit due à un virus, l’équipe du sanctuaire donne des antibiotiques aux chimpanzés malades pour éviter les surinfections pulmonaires, car celles-ci peuvent se révéler fatales). Lorsque les soigneurs ont constaté que Mbebo toussait et que son nez coulait, ils ont immédiatement alerté les vétérinaires, qui ont décidé du traitement à lui administrer.

À cet âge, les jeunes chimpanzés qui attrapent la grippe doivent faire l’objet d’une surveillance constante. Ils sont fragiles car leur organisme n’a pas encore fini de fabriquer ses défenses immunitaires. Ainsi, les soigneurs prenaient quotidiennement la température de tous les membres du groupe de Mbebo, afin de vérifier qu’ils ne tombaient pas malades. Mbebo adorait ce moment et dès qu’il voyait les soigneurs approcher, il se précipitait vers eux en levant les bras bien haut pour qu’ils puissent placer le thermomètre sous son aisselle ! Mbebo attendait ensuite patiemment que le thermomètre émette un bip et que les soigneurs vérifient les chiffres sur le petit écran. Certains compagnons de Mbebo, en revanche, étaient moins coopératifs, et les soigneurs devaient les poursuivre dans tout l’enclos jusqu’à ce qu’ils soient trop fatigués et s’assoient, autorisant enfin les soigneurs à leur prendre la température !

Lorsque les chimpanzés d’un groupe sont malades, les soigneurs ne les emmènent pas dans la forêt pour leur sortie quotidienne. Evidemment, les chimpanzés ne comprennent pas que le repos est la meilleure manière de guérir rapidement, et que le fait de courir, de grimper et de jouer dans les arbres ne ferait qu’aggraver leur état !
Même pendant sa grippe, Mbebo continuait de jouer avec ses compagnons, notamment avec Kauka qui adore jouer avec lui. Lorsque Mbebo est assis à côté de lui, Kauka entame souvent les hostilités en attrapant son pied et en le tirant vers lui. Mbebo tente de s’échapper mais Kauka est à la fois plus grand et plus fort, ce qui fait que Mbebo ne peut se libérer. Alors ce dernier décide de sauter sur Kauka et ces deux-là se mettent à rouler ensemble sur le sol, imitant la manière dont les chimpanzés adultes se battent. Ce genre de jeu permet aux jeunes chimpanzés de renforcer leur musculature et de développer leurs aptitudes au combat.
Bien que Kauka soit plus grand, il fait en sorte de ne jamais faire mal à Mbebo en jouant. Mbebo rit même à gorge déployée lorsque Kauka le chatouille dans le cou ou sur le ventre. Peut-être que Mbebo rappelle à Kauka sa meilleure amie Kudia, qu’il ne voit plus depuis qu’elle a été transférée sur l’île de Tchindzoulou… A terme, Mbebo et les autres membres de son groupe ont vocation à rejoindre Kudia et les 13 autres chimpanzés transférés sur Tchindzoulou. Mais d’ici là, Mbebo continue de grandir sous l’œil attentif des soigneurs et profite de ses sorties quotidiennes dans la forêt environnante.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone