Anzac souffre d’une grippe

La saison des pluies est terminée au Congo et le ciel est désormais couvert de nuages. Cela a provoqué une forte baisse des températures et les soirées sont devenues beaucoup plus fraiches.

anzac-hiver-2014C’est la saison au cours de laquelle un grand nombre de chimpanzés de Tchimpounga s’enrhume, surtout les plus jeunes. Anzac et les autres jeunes de son groupe ont développé les premiers symptômes : le nez qui coule et un début de toux. L’équipe vétérinaire réagit rapidement et isole ceux qui sont malades pour les empêcher de contaminer les autres. Les médicaments sont administrés par la bouche et si le chimpanzé a de la fièvre, il est parfois nécessaire de procéder à une injection d’antibiotiques par voie orale pour le guérir plus rapidement.
Lorsque les enfants chimpanzés ont de la fièvre, les soigneurs restent avec eux 24h/24 pour vérifier régulièrement leur température et garder l’équipe vétérinaire au courant de leur état.

Il est facile de donner son médicament à Anzac car c’est un mélange appétissant de médicament et de jus d’orange. Le médicament est inséré dans sa bouche avec une grande seringue et Anzac le boit comme s’il s’agissait d’un met savoureux. Les autres chimpanzés observent attentivement et attendent leur tour en regardant avec envie le panier plein de seringues. Deux chimpanzés qui ne sont pas malades reçoivent tout de même une seringue pleine de jus d’orange de sorte qu’ils ne se sentent pas laissés de côté. Cela permet ainsi d’éviter les combats entre ceux qui ont reçu une « gourmandise » et les autres…

La coordination entre les infirmières et les soigneurs à Tchimpounga doit être précise afin que tous les chimpanzés soient bien soignés. Les soigneurs sont les personnes qui passent le plus de temps avec les chimpanzés et sont donc chargés de surveiller les symptômes qui pourraient indiquer une éventuelle maladie. Lorsque Anzac a commencé à montrer les premiers symptômes de  fièvre, la réponse des soigneurs a été immédiate. Ils ont vite averti les infirmières qui ont pris les mesures nécessaires pour commencer son traitement. Cette réactivité est essentielle car elle peut sauver la vie d’un chimpanzé, surtout s’ils sont très jeunes.

Quelques jours après le début de son traitement, Anzac commence à retrouver sa vitalité et retourne à son quotidien avec les autres. Pendant le temps de son traitement, Anzac a pu observer la façon dont les soigneurs s’occupent de Lemba, son ancienne colocataire. Lemba s’est retrouvée paralysée des deux jambes après voir contracté le virus de la polio. Le personnel soignant utilise un ballon en caoutchouc pour aider Lemba à muscler ses jambes. Anzac veut aussi essayer le nouveau jouet mais elle n’est pas encore assez grande, donc elle se contente pour l’instant de sauter à côté du ballon. Bien sûr, c’est devenu un grand jeu pour Anzac et maintenant, elle n’attend plus qu’une chose : que Lemba ait terminé ses exercices pour que le personnel la laisse s’amuser avec le ballon !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone