Les animaux ont des personalités, un esprit et ressentent des émotions

2015-01-30-emotionsVers une évolution dans la manière dont la société humaine traite les animaux…

Les animaux ont des personnalités, un esprit et ressentent des émotions – Jane Goodall

Dans la continuité des découvertes mises en exergue par Jane Goodall, l’état des connaissances scientifiques démontrent chaque jour un peu plus que les animaux sont dotés de capacités émotionnelles et cognitives qui n’étaient pas toujours reconnues jusqu’alors.

La manière dont notre société traite les animaux est actuellement au cœur du débat public : associations, émissions médiatiques, personnalités publiques, les voix sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses à prendre parti publiquement pour revoir la manière dont la société considère et traite les animaux.

Le statut juridique des animaux est en évolution en France et dans de nombreux pays :

  • En France, le 28 janvier 2015, l’Assemblée Nationale a reconnu que les animaux sont « des êtres vivants doués de sensibilité ».
    Même si cette évolution juridique n’aura pas, pour l’instant, de conséquences immédiates, nous saluons cette loi et nous souhaitons qu’elle ouvre la voie à des avancées concrètes pour la protection et le bien-être des animaux qu’ils soient domestiques ou sauvages.
  • A nos frontières, le parlement Wallon a approuvé à l’unanimité un projet de décret interdisant la détention d’animaux à des fins exclusives ou principales de production de fourrure. La Belgique vient donc d’interdire les élevages d’animaux pour la fourrure sur son territoire.
  • En Argentine, une décision historique en décembre 2014 : un tribunal argentin a reconnu le statut de « personne non humaine » à Sandra, une orang outang vivant au zoo de Buenos Aires.

L’AFADA (Association en Argentine des juristes professionnels pour les droits des animaux) a mis en avant que Sandra est une personne dans le sens philosophique du terme.
Rappelons notamment qu’en langage local « Orang-outang » signifie « Homme de la forêt ». Et que nos cousins les grands-singes ressentent des émotions, témoignent des liens affectifs forts, démontrent des capacités cognitives complexes ainsi que la capacité de transmettre ce qu’ils apprennent.
Sandra devrait être transférée dans un sanctuaire au Brésil où elle pourrait profiter d’une plus grande liberté. Elle ne pourra pas être relâchée dans la nature puisqu’elle a toujours vécu en captivité.

  • Aux Etats-Unis à New York, un appel similaire est en cours concernant Tommy un chimpanzé détenu sur un terrain pour caravane, afin de lui accorder la reconnaissance de personne non humaine, pour de plus grands droits et de meilleures conditions de vie.


Le début d’un long chemin vers une plus grande reconnaissance des droits des animaux est en marche.
Des avancées que nous encourageons et auxquelles nous participons.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone